Partagez | 
 

 Medusa A. Thorn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 3
Date d'inscription : 01/10/2017
Age : 29

Fiche du Mage
Puissance Magique:
Magie:
avatar
MessageSujet: Medusa A. Thorn Dim 1 Oct - 17:01


→ Medusa A. Thorn←


→ Nom : Thorn, Ariane
→ Prénom : Medusa
→ Âge : 31ans, né en 758 à Pergrande.
→ Guilde : Officier local des Paladins ("Commandant Opérationnel des Paladins")
→ Magie utilisée : Flèches de force
→ Origine de votre avatar : Medusa Gorgon – Soul Eater
→ Code :




→ De quoi a-t-elle l'air ? ←

La jeune femme possède une allure très sportive, fine, ressemblant bien plus à une gymnaste qu'une boxeuse. Medusa a en effet de fins bras et de fines jambes témoignant de ses cinquante kilos(49 !) pour son mètre soixante-six. Très vive elle n'en est pas moins quelqu'un avec un entraînement particulièrement sérieux. Bien qu'elle ressemble et passe souvent pour une mage distante voire de soutient, elle demeure experte en self-défense et couplé à sa magie elle est en réalité très dangereuse de prêt, bien qu'elle se défende tout de même de loin. Son énergie transpire de sa démarche ou de ses mouvements aidé par magie, tel que les déplacements latéraux ou le fait de rester assise sur un perchoir fléché, dans la mesure ou Medusa bouge de manière très souple et précise, avec une grande vivacité et une implication dans chaque geste.

Son caractère et la violence de ses mots se reflètent également dans son expression pouvant réellement traumatiser les enfants. -Sauf un, le siens- Ceci peut être déclenché par plus ou moins n'importe quoi du moment que cela provoque un sentiment de supériorité, de frustration, et/ou permet à la mage d'observer vos malheurs, y compris -surtout- si elle en est à l'origine. Néanmoins malgré ses penchants définitivement sadiques et pervers, la lucidité et la franchise de la mage peut, dans une certaine mesure, rencontrer l'approbation. En effet elle cache peu ses émotions et reste pratiquement en permanence calme, bien qu'elle possède une large gamme de nuance. -et le regard d'une tueuse- De plus la blonde loin d'être infaillible se montre parfois tout aussi hésitante, ennuyée ou gênée et ne cherche pas forcément à le cacher, ou le fait mal. Il reste donc possible de discuter avec puisque même si elle semble ne pas apprécier les gens ce qui est vrai, toujours les chercher, provoquer ou simplement se moquer d'eux, il n'est pas rare qu'elle reprenne à son compte des arguments qu'elle a jugé valable et se laisse plus ou moins aborder. Une ouverture témoignant qu'elle reste bien capable de faire la part des choses et ne se ferme pas aux suggestions, et ce même si elle insultera probablement celui ayant fait la dite suggestion s'il lui venait à l'idée de faire, pour le regard ou l'imagination de la blonde, un début de reproche...

Comme précédemment cité la mage est blonde avec deux tresses nouées au dessus de sa poitrine. Néanmoins elle porte souvent une capuche noir cachant le reste de ses cheveux plus court, d'un point de vue vestimentaire elle a en effet souvent sur elle sa tenue de sport, ou tenue de combat, dont fait partie cette capuche. Léger et noir l'ensemble part des chevilles, généralement plié un peu plus haut, jusqu'à recouvrir le dos, le torse et si elle le désire la tête, mais laissant en revanche les bras et jambes à l'air libre. Elle porte cette panoplie quasiment en permanence, y ajoutant parfois un gros manteau de fourrure, changeant de beaucoup sa carrure et sa tolérance au froid mais simple à retirer, et parfois une longue chemise ou autre pour passer plus inaperçue ou avoir l'air plus « formelle ». Ce qui fonctionne de manière très limité puisque elle reste toujours pieds nues et se moque pas mal de ce qu'on en pense.


→ Comment pense-t-elle ? ←

Véritable paradoxe à plus d'un titre, Medusa fait partit de ces êtres au caractère si vif et unique, sensiblement décidés et inébranlables, que leurs contradictions semblent devenir la logique et leurs malfaisances une pointe d'ironie. Choisissant l'ordre pour y incarner le désordres, empathique dans le mauvais sens du terme, émotionnelle, et pourtant elle en est d'une cruauté et d'une brutalité rare. Elle suit scrupuleusement les règles qu'elle rêve et n'attend que d'enfreindre, au point d'être intransigeante, n’admettant pas le moindre risque de soupçons. Par l’honnêteté elle s'en préserve, ne cachant pas ce qui la démange, ce qu'elle fait en bon fléau discipliné. D'un ton assassin ou impassible elle montre son impatience et qu'elle n'aime pas les gens, cependant elle incarne également une certaine sagesse, renforcé par sa volonté et ses pulsions meurtrières et non pas en contradiction.

S'acceptant tel qu'elle est, sa droiture d'esprit n'a d'égal que l'intensité des expressions qu'elle affiche par moment. Par intermittence avec une indifférence méprisante, elle mute donc parfois en un véritable ego de destructrice sadique, n'ayant la volonté plus que de faire mal, et pouvant même, bien que de manière très mesuré, aller à sa propre encontre ou se dénigrer.

Il ne fait aucun doute que briser ou détruire les autres lui procure une grande satisfaction, un grand plaisir voir une extase. Ne le combattant pas elle l'instrumentalise et l'accepte. Néanmoins elle ne fut que rarement considéré comme vraiment folle malgré cela, grâce principalement à son aspect terre à terre très marqué et sa lucidité. On peut en effet assez facilement constater qu'elle a orienté toute sa vie pour non seulement ne pas se faire enfermer à cause de cette facette d'elle-même, mais surtout en profiter. Vétérane de plusieurs conflits les occasions de céder à ses pulsions, trahir voir provoquer un véritable chaos n'ont pas été rares. Pourtant la blonde ne créé jamais les conflits, même si elle peut vous menacer, car elle sait pertinemment que cela se retournerait contre elle. Elle à en effet la malice d’éviter de se retrouver en tord, elle respecte les consignes, les lois, les missions... Et si ses méthodes brutales et parfois presque criminelles sont accepté c'est uniquement à cause de ça et de son ancienneté qui a prouvé qu'elle savait se retenir juste ce qu'il faut. En somme elle se contente d'accepter les combats qui lui sont offert, mais ne considère pas plus ses allier et les civils que ses ennemis, ils sont tout comme elle des armes potentielles et il n'y a aucune hésitation à les détruire s'ils se retournent contre elle ou qu'on le lui autorise.

Car si pour beaucoup ce double aspect de sa personnalité peut sembler étrange voir incohérent, il est de son point de vue la normalité même, le bon sens. Medusa n'a en effet pas seulement travaillé à se contenir, mais s'est bel et bien interrogé de manière plus large, elle-même, son rôle, pourquoi etc, au point de pouvoir de se voire être quelques fois qualifié d'une certaines sagesse encore une fois. En pensée il lui arrive de le résumer en ces termes :
« Je suis le Mal, mais je ne suis le simple maléfique, je ne suis pas le mal inconscient, stupide, aveugle et sans but. Non je suis le Mal égoïste qui se tient aux côté du Bien et tue au nom de l'Équilibre, je suis le Mal nécessaire, celui qui tombe sur ceux qui brisent cet équilibre. Ils peuvent me résumer en un mot : châtiment.  Beaucoup me voient comme égocentrique, arrogante, ceux là ne sont que des marches-pieds qui ne réalisent pas que tout ne tien que par de simples choix, j'ai fais celui de l'équilibre qui garantit leur place et la mienne. Je ne suis qu'un rouage ayant trouvé sa place dans cet immense machine qu'est l'univers et ne tentant pas en vain de me sacrifier pour des idées utopiques. Et ceux qui viennent tout de même à moi par idéaux n'ont qu'à se faire écraser sous le poids de ceux-ci, le retour à la réalité pouvant avoir un goût particulièrement exquis. »
En d'autres mots elle se situe à l'enchevêtrement des principes du bien qui préserve et construit, et du mal qui détruit, là ou il devient nécessaire de détruire pour préserver et construire.


→ Qu'est-ce qui l'a construit ? ←

Chapitre I : Rencontre

Elle était de retour à Pergrande, ce paysage l'ayant vu naître qu'elle pouvait reconnaître entre mille, cette bourgade qu'elle avait pourtant quitté très tôt. Et même ce passage entre deux maisons, ce raccourcit. Avant de s'en rendre compte elle regardait son père assit dans son sang, dans l'ombre d'un des bâtiments que longe l'allée, celle-ci cachant son visage mais elle savait qu'il venait de tomber et pouvait parfaitement reconnaître ses habits. Elle avait l'impression d'être également assise à hauteur de sa tête, pourtant en y pensant elle se rendait compte que ce n'était pas le cas. Se tournant elle voyait aussi son agresseur, un homme au sourire satisfait, concentré, ne l'ayant probablement pas remarqué. Il avait l'air de se battre mais elle ne voyait rien de précis et s'approcha lentement. Alors une silhouette, avec un haut large, un long qu'un kimono ainsi que de long cheveux brun clair lui bloqua le passage. Elle venait de comprendre que ce combat n'était pas le siens, et rapidement elle compris que c'est sa mère qu'elle regardait. Elle vit l'homme tomber à quatre patte face à elle, puis se redresser les dents serrés, sur ses genoux, alors que derrière lui une lame commençait à s'abattre.
Comme levant à nouveau les yeux elle vit que sa mère était maintenant de dos, la scène c'était inversé et Medusa se situait derrière, et alors qu'elle pensa qu'elle ne voulait pas la laisser faire, laisser sa mère agir impulsivement, levant le bras elle eu l'impression de s'approcher. Un instant après elle vit ses mains en sang, l'arme entre ses doigts, mais ce n'était pas ses vêtements, elle avait littéralement échangé de rôle et l'homme gisait décapité à ses pieds. C'était comme si elle avait raté quelques secondes. Se retournant elle se vit, petite, étrangement même si elle pouvait s'observer elle ne parvenait pas à comprendre sa propre expression, elle avait l'impression d'être trop grande et trop jeune à la fois. Puis, sans aucune pensée, comme par reflex, pris d'une fureur soudaine elle se jeta sur l'enfant qu'elle était pour l'embrocher avec l'arme, dans une volonté floue de tout effacer, y compris elle-même.

Ouvrant les yeux la première chose que Medusa ressentit fut comme un coup de chaleur. Elle se redressa, regarda la tente de campagne ou elle se trouvait, à l'effigie du conseil. Elle se souvenait : ils avaient encore beaucoup de chemins dans leur mission, mais ce qui semblait le plus la frustrer était de se souvenir de son rêve, cela n'arrivait pas souvent. Elle pensait que c'était ridicule, d'ordinaire ne s'y attardait pas trop, mais là elle ressentait encore toute la colère l'ayant submergé à la fin. Dans ses doigts et jusqu'au coude la résistance de la lame glissant sur la chair et entre les os la faisait frémir. Elle sortit alors prendre l'air.
Il faisait encore nuit, tout le monde dormait. C'était sa deuxième affectation, rien de particulièrement difficile pour ses seize ans, de l'escorte surtout, mais elle avait déjà connue ses premiers combats, le goût du sang, les premiers morts... Elle en était à cette période ou elle se demandait si satisfaire des envies de combats et de violence, si jouer avec cet aspect d'elle-même était vraiment une bonne idée. Elle se demandait ce qu'elle risquait de devenir, si elle saurait toujours se retenir quand il faut. En réalité ce fut l'époque de sa vie ou elle était la plus vulnérable, la suivante sera la plus meurtrière. Et l'univers cherchant toujours un équilibre, c'est à ce moment qu'une certaine personne vint l'interrompre.

« Tu dors pas ? » Debout un peu à l'écart du camp la blonde se tourna à moitié pour le regarder, se demandant qui la dérangeait. Elle le reconnaissait, un jeune homme environ de son age, brun, un peu plus grand qu'elle, discret d'ordinaire, elle l'avait aperçut dans un autre groupe de leur compagnie actuelle. « J'ai pas l'impression de dormir. » la réflexion lui échappa, et mécaniquement elle se remit de dos, pourtant quelque chose lui faisant déjà regretter, d'ordinaire elle envoie balader volontairement mais là elle n'en avait même pas l'envie.

« T'as l'air énervé... » Elle ne répondit pas, il n'y avait rien de cordiale approchant de son esprit. « Tu veux te défouler un peu ? » Se tournant à nouveau pour le regarder, moins car il s'était approché, Medusa plissa les yeux, elle connaissait le genre d'humour en vigueur, et l'air à la fois enjoué et compatissant du jeune homme l’énervait déjà. « Je peux mettre mon armure et échanger quelques passes, j'ai fini mon tour de garde et il est déjà trop tard... J'ai assez dormis avant de toute manière. » Elle soupira et se retourna pour s'écarter encore un peu du camp. « D'accord... »

Ce n'est pas vraiment son argumentation qu'elle retint le plus mais son regard. Il n'y avait pas la moindre conviction, mais seulement un étrange mélange de résignation et de volonté. Elle se voyait.
S'arrêtant après quelques mètres elle prit une grande respiration et se retourna, le regardant avec son armure, plutôt des renforts de sa tenue d’apprenti chevalier runique en réalité, il avait aussi un large bouclier qu'il mit en rempart. Elle commença alors. Laissant échapper sa colère elle frappa en plein milieu du bouclier rectangulaire, de toutes ses forces. Puis une seconde fois et encore après, essayant comme d'écraser son porteur en dessous. Elle savait qu'elle n'y arriverait pas, mais se laissant aller elle continua plusieurs minutes.

Derrière l'arme le jeune homme hésita un moment, tenant plus fermement sa protection mais sans trop grosse difficulté, tout juste quelques crampes localisé à cause de la durée. Il comprit assez vite qu'elle n'essayait pas vraiment de casser son bouclier, mais plutôt ses propres mains. Il n'y avait pas la moindre trace de magie, et il l'avait entrevu l'utiliser à l’entraînement y compris pour frapper de cette manière. En fait, il finit par être gêné... Jusqu'à ce qu'elle arrête et le regarde en haletant, et d'une manière totalement immature elle se mit à rougir légèrement avant de l'écarter d'un coup de pieds avec cette fois assez de magie pour faire tomber le brun. Se relevant il demanda comme une simple formalité. « C'était pour quoi ? » « J'ai pensé que tu te moquais de moi. » « Hm, non, j'étais simplement surpris, je pensais devoir participer. Et comme ça fait deux fois que j'ai l'impression que tu vas me tuer, je me disais que ça faisait à la fois peu et beaucoup. »
La jeune Medusa laissa échappé un rire sadique et satisfait mais vite étouffé. Plutôt soucieuse de ses mains la blonde en regardait les dégâts, pendant que le jeune homme l'observait, elle les essuya, au début tenta de lécher un peu, mais elle s'était fait de multiple petites plaies. « Je peux- » « Non, si tu veux participer va chercher le truc pour les hémorragies et des bandages. » Alors qu'elle le regardait sévèrement il sourit : ils savaient tous les deux que c'est ce qu'il allait proposer.

Après quelques seconde à se faire soigner elle lui demanda ce qu'il faisait dans les troupes du conseil, bien qu'encore en formation alors que de son côté elle avait finit depuis environ un an. Comme elle s'y attendait il se moquait pas mal de tout ça en vrai ; il lui expliquait qu'il ne savait pas mais pensait que ce serait un bon entraînement physique et mental. De son côté elle réfléchit plus, hésitante, mais alors qu'il semblait confondre le désinfectant avec une huile de massage et lui voler ses mains, elle voulut un peu le tester et lui répondit franchement, d'un air neutre mais glacé. Elle lui expliqua qu'elle n'était qu'une sadique. Qu'elle sentait l'envie irrépressible de faire mal au moindre saut d'humeur ou frustration, au point qu'il existait toujours une raison quand bien même inconsciente ou oublié, que ça débordait d'elle. Elle le ressentait comme un retour à l'envoyeur, mais de manière si naturelle et intense qu'elle se souciait peu de sur quoi elle s'acharnait, alors elle était là. Ici, lorsque l'occasion se présente, elle peut se laisser aller.

Elle s’attendait à potentiellement deux choses, qu'il soit choqué ou qu'il soit pire, mais sa réponse la surprit et elle vint à se demander si elle ne l’espérait pas. « Je vois, t'as pas l'air très convaincu non plus en fait... Enfin bon, j'ai pas ce sentiment donc j'imagine mal, mais je suppose que chacun en a des différents. » Elle l'observait et compris qu'il s'en moquait éperdument. Il lui paraissait infiniment gentil mais en réalité son absence d'empathie était sûrement la seule grosse différence entre eux, et à y réfléchir il était d'ordinaire certes discret mais froid. Elle récupéra ses mains, grimaçant. « Tss, T'en profite un peu. Mais j'aime bien ta réponse, alors je te promet de pas me défouler sur toi, juste t'utiliser un peu. » Elle tentait de le caché, mais peu habitué et inexpérimenté elle en était surtout toute rougissante.

Il est difficile de qualifier d'idylle les quelques mois qui vont suivre, ni même d'amourette d'étudiants. Ce sont deux cœurs de pierres qui se sont retrouvé côte à côte, avant d'être à nouveau séparé par la marrée. Il est difficile d'imaginer une suite s'ils ne s'étaient pas retrouvé liés par leur antithèse. Si trois mois après Medusa rejoignait une autre ville, au bout de six elle était forcé de déclarer à ses supérieur qu'elle était enceinte. Et après la pire période de sa vie ou elle faillit devenir folle à ne pas pouvoir se défouler malgré la contrainte, elle envoya en 775, ses 17ans juste dépassé, une lettre au jeune homme qu'elle avait rencontré.

« Ton enfant va naître dans deux semaines.
Medusa A. Thorn
PS : Fais pas chier pour le délai c'est pas le moment. T'es un mec, encaisse. »


Dossier d'archive des mages du conseil.
Medusa Ariane Thorn, 17ans (M-A-J 775)
Chronologie :

    → Née en 758 à l'ouest de Pergrande au sein de la classe moyenne-basse dans une famille traditionnellement de mage légaux et de militaires, mages pour ses parents. → En 761 son père meurt puis en 765 Medusa et sa mère, Ariane Sibylle Thorn, déménagent proche de la frontière d'Icerberg ou Medusa viendra étudier plus tard dans l'école de magie de Midgard, affilé au conseil, à sa demande et celle de l'institution pour cause de comportement violent. → Lors de son inscription aux registres de sa ville en 765, Medusa insiste pour rejoindre le conseil qu'elle qualifie comme le plus haut dans la hiérarchie(« le patron » selon ses mots). → A huit ans, en 766, ses résultats lui permettent de rejoindre l’école magique du conseil situé à Iceberg.→A partir de 772 la formation de Medusa devient extérieur, elle commence les exercices de terrain réels.→ L'année de ses 15ans, en 773, elle est considéré apte et effectue ses premières vrais missions.→ Elle monte rapidement en grade pour la première fois début 775, durant sa troisième affectation, mais interrompt la même année son engagement pour cause de grossesse, son dossier est mis à jour et archivé pour faciliter une reprise d'activité.


Évaluation de la formation :


    -Très en avance au combat physique, choisira et commencera à apprendre sa magie en 769, l'utilisera au combat simulé deux ans plus tard, âgée donc de 13ans, en situation réelle à 14.-Sérieuse, mais des problèmes de comportement et de collaboration, plusieurs bagarres, intimidations, rixes. Aucune grosse infraction cependant, fait de plus en plus attention. Elle possède aussi une forte autorité sur les autres apprentis, en lien avec les éléments précédant, bien que s'y mêlant peu d'elle-même.-Légère hyperactivité rendant préférable une affectation favorisant l'effort physique. Sa volonté y correspond également.-Large culture générale bien qu'allant rarement dans le détail. Curiosité prononcé en ce qui concerne entre autre les théories et pratiques des arts-martiaux et magies, méthodes et stratégie de guerre, mais aussi toute sorte de chose telle que les traditions, mythes voir religions, la spiritualité, la philosophie, la médecine, mais le tout de manière très diffuse.


Activités post-formation (773-775) :


    - Joya, missions d'observations des relations avec Seven.-Escorte d'étudiants de Stella à Desertio.-En poste à la frontière entre Pergrande et Bellum.




Chapitre II : Vie de famille ?

« Ton enfant va naître dans deux semaines.
Medusa A. Thorn
PS : Fais pas chier pour le délai c'est pas le moment. T'es un mec, encaisse. »


La plupart des gens auraient mal prit une telle annonce, ce fut le cas des collègues qu'il mit au courant et croisa pour la rejoindre à l'ouest de Pergrande, chez sa mère. Lorsqu'il arriva devant la maison, assez grande mais sans étage, il se retrouva face à la mère de Medusa Ariane Thorn : Ariane Sibylle Thorn. D'une cinquantaine d'année, les cheveux encore parfaitement brun clair, lâché à l'arrière jusqu'aux coudes, elle avait l'air de bien vieillir et contrairement à sa fille très posé et...normale. Cependant tout de suite elle lui demanda qui il était, sans la moindre animosité mais avant qu'il n’eut le temps de se présenter lui-même ou toute forme de salutation. « Je suis Morde(é) Zeig, vous devez être Sibylle... ou Ariane. » « Ariane ça ira, sauf si vous appelez encore ma fille comme ça, venez vous asseoir. » La femme s’écarta de l'entré, s'approchant d'une table en vue et se retournant avant d'y arriver. «  Et fermez la porte. » Elle écarta une chaise pour lui indiquer et continua de marcher pour aller chercher quelque chose à boire et lui ramener, le tout en silence.

« Donc vous devez avoir reçut sa lettre, vous avez des questions ? »
Il hésita un moment, gouttant sa boisson. « Hm pas vraiment, j'ai pensé y voir une sorte d'invitation, car conditionné, la connaissant un peu elle doit s'être fait un plan donc je viens voir avant de râler. »
Elle pouffa un rire. « En quelque sorte, elle ne veut pas te voir avant que l'accouchement soit finit, en entendant frapper elle doit s'être enfermé. » Elle ajouta plus doucement alors qu'elle le voyait commencé à réfléchir « Ou que tu la vois. Elle refuse de voir tout le monde »
« Je m'en doutais un peu, j'ai crus comprendre qu'elle le vivait assez mal. Je me demande pourquoi elle m'a envoyé cette lettre, si je puis poser la question. »
« Elle est honnête, même si ça en surprend. Tu n'es pas plus curieux que ça ? Tu n'as pas l'air touché. »
« Si mais je ne sais pas vraiment à quoi m'attendre, ni comment réagir. Mais j'aimerais tout de même lui parler. »
« Je m'en doute mais elle ne veux pas te voir. »
« A travers la porte, il suffit de lui demander. »
« ... » « OK »
« Elle est plus prévisible qu'elle le croit. »
« Ne me l’énervez pas. »

Zeig avança dans la maison, Ariane lui avait juste fait signe d'avancer mais il était guidé par un bruit régulier, la blonde toquait de l’intérieur. Une fois devant il dit simplement « Je suis là » et elle cessa, il put l'entendre cogner la porte et s’asseoir derrière, il l'imita.
« Alors, tu veux que j'encaisse quoi exactement ? »
Elle se mit à rire. « Pour commencer de continuer à être attentif, c'est bien. »
« De l'esclavage quoi. »
« Exactement ! »
« Et pour accomplir quelle volonté ? »
Medusa s'arrêta de rire mais cela sortit assez naturellement et elle enchaîna avant de prendre une mine plus sombre, une fois terminé. « Pas la mienne en fait. On a créé une responsabilité, on doit s'en charger tous les deux. J'ai pensé que la laisser ici serait bien, il y a deux autres chambres en plus de ma mère et moi, et aucun de nous n'a besoin d'y habiter, juste d'avoir les clefs, passer entre les missions, venir la chercher, ça fait un bon point de chute pour une enfant. »
Il y pensa un moment, ne répondant pas elle se remit à frapper sur la porte pour insister et il reprit. « Ça m'a l'air pas mal. Tu as l'air de croire que c'est une fille ? »
« Il y a beaucoup de chance, et j'aimerais bien, elle portera mon nom. » « Hm.. » « Sinon c'est le tien, mais je préfère le miens. »
« J'avais compris, mais je me demandais ce que tu veux dire par venir la chercher. »
« Tu as une maison ? » « A Stella. » « Alors tu pourras lui faire visiter autant que tu veux, mais si tu me la ramène pas ou la force je te tue. »
« C'est équitable, même si je suis étonné que tu n'invente pas une nouvelle torture. » Elle rit nerveusement en réaction, la porte en trembla un peu. « Désolé... Je ne vois pas ce dont tu aurais besoin d'autre, de moi en tout cas. »
« Non, ça soulage un peu, mais tu devrais aller faire autre chose. Je suis remplit d’énergie mais le moindre mouvement m’énerve, j'ai bloqué ma magie mais même comme ça si tu voyais ce que je vois tu comprendrais qu'il est inutile de m’apporter quoi que se soit. »
« Tu as tout détruit sauf le matelas ? »
Elle se décontracta un peu. « Nan il reste le lit, même si j'ai cassé un pieds. »
« Intéressant. »
« Dégage j'ai dis »

Il n'entra pas pendant la semaine qu'il restait à attendre. En fait le jour même elles lui dirent de s’héberger ailleurs pour que Medusa n'ait pas à s'enfermer. Il continua de passer régulièrement quelques minutes, parfois plus. Le futur père compris assez vite qu'elle ne voulait vraiment voir personne hormis sa mère et les médecins pour deux raisons se chevauchant. La première étant qu'elle se jugeait dangereuse, dès qu'elle était avec quelqu'un elle se sentait limité, et ça l’énervait de manière disproportionné, même pour elle. Et deuxièmement, sans vraiment le dire elle voulait cacher un moment de faiblesse qui lui était imposé par la nature, cette faiblesse concernant surtout son physique et contrôle de soit, s'isoler lui paraissait le plus efficace et sûr. Et il ne vaut mieux pas trop la contrarier, car le meilleur moyen d'écarter quelqu'un est de l'envoyer à l’hôpital.

Lorsqu'il la revit elle était allongé sur le lit, et du même coup il rencontra son enfant. Elle avait changé de pièce, celle-ci était parfaitement ordonné et l'on pouvait distinctement les voir dès qu'on entrait. Allongé sur le ventre de la blonde le bébé jouait avec ses doigts alors qu'elle le touchait et le regardait d'un air anormalement doux. Lorsqu'il avança elle tourna la tête vers lui et ses yeux redevinrent froid, mais elle gardait des stigmates plus enjoué. Les fixant il ne sut pas trop quoi dire. « Je... C'est étrange. Alors ? »
« C'est une fille. » Elle l'a prit dans ses bras. « Je veux qu'elle soit forte, et toi ? » Elle lui tendit sa fille. Une manière bien cynique de s'imposer, mais que pouvait-il faire, ne pas la prendre ?
« Je sais pas... J'avais plutôt essayé de penser à des noms. »
Alors qu'il semblait prendre toutes les précautions du monde Medusa fit la démarche inverse, lui répondant tout en s’allongeant à nouveau puis se tournant sur le côté, de dos. « J'ai mis une liste d'idées là-bas, j'ai encore envie de dormir, occupe-t-en on verra plus tard. »
Il ne fut pas difficile à convaincre et il sortit lentement. Néanmoins la blonde dormit tout sauf bien. Elle savait que ses émotions filtraient sur son visage et cela l’énervait, elle n'était pas encore habitué à ce genre de situation. Mais surtout elle ressassait ce qu'elle n'expliquait pas mais constatait déjà : ce qui touche à sa fille l'influence autant que ce qui la touche elle-même, si ce n'est plus. Comme dans son cas elle devait en prendre le contrôle, se maîtriser. D'un côté elle aurait voulut tous les écartés, aussi bien Morde que sa mère, mais sa peur d'elle-même et sa lucidité sur son manque d’expérience l'en empêchait. Après quelques jours ils parvinrent à se mettre d'accord sur un nom, ce serait Kaijira, Kaijira Medusa Thorn comme le veut sa tradition.


Chapitre III : Répétition

Elle réussit à attendre un mois avant de retourner en urgence voir son supérieur pour obtenir une mission et ne pas commettre un massacre, ses nerfs ne tenant plus. Pendant la longue période qui suivit elle retourna voir sa fille une dizaine de fois par an, généralement plusieurs jours. Elle y croisa aussi le père, Zeig, assez régulièrement, mais même s'ils pouvaient sembler proches ils faisaient chambre à part, théoriquement, vie à part et conservaient un détachement entre eux. La jeune adulte trouvait un équilibre à la force des choses, si d'un côté elle était comme fascinée par cette enfant qui en quelque sorte était dans sa bulle face au reste du monde, un prolongement qu'elle percevait de manière totalement différente du reste, elle donna tord à ceux pensant que ça allait la calmer.

Si les événements des mois précédant l'avaient rendu vulnérable, c'était finit. Elle enchaîna les affectations, et plus que de chercher à s'impliquer dans chaque conflit qui apparaissait, c'est sa brutalité et son absence de limite qui fit le plus parler d'elle. Plusieurs fois interpellée ou réprimandée à ce sujet elle ne fut pourtant pas punie :elle était très docile et de plus ne faisait encore preuve de quasiment aucune initiative. En revanche elle se fit sa petite réputation, monta en grade et gagna énormément d’expérience. En grande partie venant d'une instructrice, Sofiya, qui la remit en place un grand nombre de fois par KO et fit office de professeur. Une adversaire horrible combinant des magies de vitesse et de vent. Après s'être croisées en deux endroits elles comprirent que toutes deux avaient la volonté de rester proche des combats, l'une pour y prendre part, l'autre éviter les morts en leur apprenant à survivre. De toutes les personnes qu'elle croisa depuis ses 8ans, ou elle avait rejoint l'école de magie du conseil à Iceberg, c'est la première avec qui elle essaya de s'arranger pour se retrouver avec quelqu'un. Bien que ce ne fut évidemment pas toujours le cas, elles se côtoyèrent fréquemment forgeant une certaine complicité, même si une seule se battait vraiment sur le terrain.

Pendant dix ans cette relative routine s'installa. Kaijira entra à l'école de magie à 9 ans, le père ayant finit dans l'administration des Chevalier Runiques en montant de grade il se retrouvait proche, quant à elle il lui fût possible de rejoindre une équipe de chasseur de mage noir à Icerberg. Cependant la proximité n’eut pas que des avantages. Medusa était redoutable en chasse, rapide, forte, déterminé, et elle se moquait bien d'être en plein jour à la vue de tous. De plus sa vitesse faisait qu'elle se déplaçait beaucoup en se battant, et un jour de l'année 785 elle finit par les croiser, sa fille et Morde. Elle tenta de les ignorer et d'écarter son gibier, mais le combat n'était pas si simple. Alors que son adversaire l’avait repoussé et préparait apparemment une attaque de zone Zeig l'interrompit, ayant invoqué une armure il avait sentit un danger qu'il fallait interrompre plutôt que de rester à l'écart. Il réussit mais le mage était plus fort, il le tira tout de suite comme bouclier humain pour que la blonde arrête de le charger. Ça ne fonctionna pas, elle dévia et le frappa sur le côté pour l'écarter, mais elle vit du coin de l’œil qu'il emportait la gorge du jeune homme avec lui. Comprenant instantanément elle se rua à nouveau dessus pour le plaquer violemment au sol en tenant son coup d'une main. Avec une expression de démence et de sadisme elle créa une dizaine de flèches noires qui partirent de son corps pour le transpercer de tous les côtés.

Elle lâcha ensuite le corps inerte, calmé. Arrêtant de respirer elle se retourna, quelque chose ne lui allait pas du tout. Elle voyant sa fille de dix ans s'approcher doucement, sans rien dire, regardant son père puis elle mais hésitant. Elle se souvenait très bien de ça, elle avait déjà vu cette scène. Elle regarda ses mains, ses doigts engourdis du combat, mais elle sentait dans son avants bras, comme en rêve, la sensation de transpercer un corps avec une arme. Mais repensant à cette vision elle bloqua, tomba a genoux et inexpressive elle fit machinalement ce que sa mère avait fait : écarter les bras pour faire venir sa fille. Le simple rapprochement avec un rêve dont elle se souvenait au pire moment, qu'elle avait une fraction de seconde pensé, mais pas voulut, attaquer sa fille pour faire disparaître ce destin, cette folie passagère fit bouillir son esprit et remonter ce qu'elle avait entendu à ce moment là. Sa mère lui disant que ça n'arriverait plus, et au final qu'elle ne se battit plus depuis. Alors qu'elle tenait sa progéniture elle forgea son esprit, mit définitivement fin à l’ébullition qui y faisait rage en modifiant la conclusion, en faisant un choix, et de marbre elle lui souffla :

« Soit forte et je te promet que ceux qui essayeront de s'en prendre à toi mourront avant d'y parvenir, soit de ma main, soit de la tienne. » Elle la regarda. « Je deviendrais aussi plus rapide, mais tu dois me doubler, d'accord ? » La petite pleurait et hésitait, mais les mots restèrent.


Chapitre IV : Détermination

La fait d'avoir connu cet homme et la manière dont il était, ainsi que d'imaginer ce que deviendrait sa fille, lui permirent d’approfondir sa vision du monde et de trouver sa place. Elle ne s'était jamais vraiment préoccupé avant des buts du conseil par exemple. C'était une autorité suprême lui garantissant un style de vie et une tranquillité d'esprit. Mais y réfléchissant elle s'appropria la place qu'elle avait choisit. Le conseil était supposé luter contre les guildes noires, garantir une paix ; Elle était l'inverse, mais justement à cause de ça elle y avait sa place : si certains poussent vers le chaos et d'autres vers l'ordre, alors quelqu'un qui aime le chaos mais se moque de changer les choses a sa place du côté de l'ordre pour pouvoir côtoyer, animer, participer, jouer et détruire ce chaos. Ce qu'elle connaît le mieux est ce qu'elle affronte, ceux qu'elle aime le plus sont couvert de sang, et elle se sent libre de les étudier, de les disséquer, de les détruire.

A partir d'il y a quatre an elle n'était donc plus une simple tueuse se défoulant. Elle aimait sa tâche, y participait, s'y impliquait, commença à prendre des initiatives et devint une véritable petite cheftaine sadique. Se jouant de tout le monde mais avec encore cette honnêteté qui lui servait de garde-fou. Elle n'avait pas encore atteints ses trente ans mais son ancienneté était déjà conséquente et avec ses résultats elle se retrouva vite à des grades importants. Sofiya l'aida beaucoup à façonner son comportement, elle était aussi un peu rustre, mais ça convenait très bien. Elle l'aida aussi vis à vis de sa fille et de son autorité, l'aidant à instaurer une discipline chose dans laquelle elle devint effrayante mais efficace.
Elle passait beaucoup moins chez sa mère, mais durant les trois ans qui suivirent la mort de son père elle allât souvent voir Kaijira, encore en formation. Même si au début le silence était de mise, en cause la mort de Zeig, très vite la petite se démarqua d'elle. Très énergique, positive et en sous-mains une petite peste, elle s’annonçait pire que sa mère sur certains aspect. C'était d'ailleurs un peu le cas, l'autorité qu'avait eu Medusa sur les autres pendant ses études n'était qu'une blague à côté, mais le style était presque opposé lui. Encore un peu plus précoce que la blonde elle commença à participer à des missions de routines et quelques rôles simples dès treize ans, pour finir de la former.

A la même période et non par hasard Medusa accepta une promotion d'officier, il allait devenir difficile pour elle de choisir ou on l'envoyait mais ses prérogatives étaient plus grandes, cela lui permit d'organiser et de diriger partiellement puis complètement plusieurs missions d'importance assez diverses. Par ailleurs elle s’arrangea rapidement pour que Sofiya la suive. Puis encore au bout d'un an, en 789, alors qu'elle était en pleine campagne de... « purification », elle entendit parler pour la première fois d'aller prochainement à Fiore. Profitant de l'occasion, elle envoya alors une autre requête : même s'il ne lui était pas permit d'être son professeur, elle voulait sa fille alors âgée de 14ans sous son commandement pour la fin de sa formation, entre un et deux ans, et avec son accord c'est Sofiya qui devint la garante de son entraînement et responsable aux yeux du conseil. Les choses se mirent assez rapidement en place et ces deux « adjointes » rejoignirent Fiore un peu plus tôt pour préparer sa prise de fonction, réunissant contact et information avant qu'elle n'arrive.

Rétrospectivement cela lui semblait évident, mais la démone avait finit de réaliser durant cette année plus loin de sa fille que cela lui conférait véritablement un second but. Il ne s'agissait plus de simplement vivre, ce qu'elle pouvait étendre à sa fille, mais aussi de faire en sorte que celle-ci soit forte, la protéger, la former, et qu'elle puisse se débrouiller lorsque inévitablement elle-même finirait par se faire tuer. La savoir loin l’énervait ; C'était sûrement plus sûr mais la blonde ne pouvait pas en être certaine, et elle se demandait sans cesse si son entraînement était suffisant ou si à cause de son caractère ses instructeurs se faisaient avoir. C'est pour s'en assurer qu'elle dénicha à Kaijira un rôle d’intermédiaire avec les autorités de Fiore. Sous la supervision de Sofiya qui supervisait un grande partie du travail des deux, la petite allait devoir à la fois s’entraîner et rencontrerait tout un tas de personnes. Pour la plupart des nobles voire dirigeants, des gradés aux petits responsables ayant en général tous deux points communs : des informations et la volontés de protéger leurs fesses. Elle ne s'imaginait pas l'envoyer se battre, même si c’était certainement à sa porté, alors elle avait pensé que ceci forgerait son mental et son esprit critique. Pour le moment sa fille ne cherchait pas le combat, même si elle en saisissait très bien le côté grave et sérieux, ou justement à cause de ça. Elle ne le voyait que comme un sport et une assurance, s’entraînant de manière ludique.

Kaijira la faisait toujours se poser des questions, mais se concernant elle savait qui elle était, ce qu'elle faisait et pourquoi. Cette unique inquiétude attirait comme une lueur non pas les moustiques mais le peu de chaleur que son corps mince et froid pouvait contenir. Et peut-être une autre, plus passagère mais tout aussi présente : que lui voulait-on à Fiore ? Ce pays n'est pas censé être en conflit, pourvu qu'on essaye pas de la ranger dans un coin...

→ Hors - RP ←
→ Prénom : Miya
→ Âge : 575
→ Hobbies : Se balader à Fiore
→ Mangas préférés : Au hasard, Hellsing et Soul Eater
→ Comment-avez vous connu le forum ? : Un fou
→ Remarque(s) :Ya pleins de fous

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 159
Date d'inscription : 16/10/2015
Age : 27
Localisation : Derrière toi !

Fiche du Mage
Puissance Magique: 2455
Magie: Teiku Ōbā : Neko Tamashī
avatar
Modérateur | Ore-Sama
Modérateur | Ore-Sama
MessageSujet: Re: Medusa A. Thorn Jeu 5 Oct - 13:01

Tout me paraît bon, je vais chercher quelqu'un pour parler de ton adhésion chez les paladins.

___________________________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 883
Date d'inscription : 11/06/2014
Age : 30
Localisation : Dans une fabrique de gateaux

Fiche du Mage
Puissance Magique: 2962
Magie: Pistomancien
avatar
Administrateur | El Pistolero
Administrateur | El Pistolero
MessageSujet: Re: Medusa A. Thorn Sam 7 Oct - 16:48

Cela ira pour les paladins malgré une personnalité très atypique. Tu feras attention, les paladins ont des règles. En cas d'hésitation sur tes possibilités d'action, viens me trouver, on en discutera.

A+ la maboule ^^


___________________________________________________________________

Moi et Ma magie
Je parle en #1FA055 pour les nouveaux rp
Mes pensées sont en italiques et si mes pensées sont entre "guillemets" c'est Mini-jacen qui parle pour ramener sa science de la bêtise ^^
Milliana, l'esprit de mon arme parle en Crimson dans mes pensées. Vous ne pouvez pas l'entendre sauf si je vous dis le contraire ^^
Paroles d'Alexandryna en SteelBlue. Même remarque pour Milliana

Bonds of people are the true power.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 159
Date d'inscription : 16/10/2015
Age : 27
Localisation : Derrière toi !

Fiche du Mage
Puissance Magique: 2455
Magie: Teiku Ōbā : Neko Tamashī
avatar
Modérateur | Ore-Sama
Modérateur | Ore-Sama
MessageSujet: Re: Medusa A. Thorn Sam 7 Oct - 18:23

Félicitations


Ta présentation est désormais validée, tu peux filer faire ta fiche technique avec 2300 PM* :

♦️ Cela se passe par ici
♦️ Tu peux t'aider de ceci
♦️ Si toutefois tu as opté pour la magie de constellationniste, tu peux te référer à  ce sujet-là
♦️ Tu disposes d'un délai de 15 jours pour poster un début de fiche, n'hésite pas à consulter le staff si tu as une interrogation à ce sujet ou si tu as besoin d'un délai supplémentaire.

* Les bonus affichés sur le tableau des guildes ne sont appliqués qu'à la validation de la fiche technique.

Bon courage !


Bon je signerai ton dos de mon meilleur autograffe ! Very Happy

___________________________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 159
Date d'inscription : 16/10/2015
Age : 27
Localisation : Derrière toi !

Fiche du Mage
Puissance Magique: 2455
Magie: Teiku Ōbā : Neko Tamashī
avatar
Modérateur | Ore-Sama
Modérateur | Ore-Sama
MessageSujet: Re: Medusa A. Thorn Dim 8 Oct - 20:40

Alors alors ! Avec rectification, le rang de master t'est accordé et au lieu des 2300 pm, c'est 2600 pm que tu auras. Bonne route vers ta fiche technique.

___________________________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Medusa A. Thorn

Revenir en haut Aller en bas
 

Medusa A. Thorn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Thorn
» Maka apprenti faucheuse
» Pumpkin Panties. [Médusa, Miori, Michiyo, Eva, libre ?]
» Liste medusa/manticore
» SVP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail No Sekai :: Welcome on Fairy Tail No Sekai ! :: Papiers du Madoshi :: Présentations-