Partagez | 
 

 Perrin Ilvert - EN FINITION

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 2
Date d'inscription : 05/08/2017
Age : 26
avatar
MessageSujet: Perrin Ilvert - EN FINITION Sam 5 Aoû - 1:39


→ Ilvert Perrin ←


→ Nom : Ilvert
→ Prénom : Perrin
→ Âge : 23 ans
→ Guilde : A définir
→ Magie utilisée : « Nosferatu »
→ Origine de votre avatar : Majutsushi Orphen - Orphen
→ Code :




→ Physique ←

Perrin est un homme tout ce qu’il y a de plus commun. Du haut de son mètre soixante-dix-huit, il n’est pas particulièrement grand, mais n’est pas petit non plus. Et non, il n’a pas cette musculature démesurée acquise après un long entraînement depuis sa plus tendre enfance pour apprendre les arts martiaux ancestraux de son peuple qui en feraient un guerrier né. Rien de tout ça, on peut toutefois noter une musculature assez développée pour légèrement dessiner ses muscles. Somme toute une musculature plutôt acceptable si tant est qu’il existe un niveau acceptable de musculature.

Au niveau de son fasciés, on doit reconnaître que Perrin n’est pas moche. Ses traits fins le rajeunissent parfois plus que de raison mais dégagent une impression de pureté. Ses yeux marrons pourraient lui donner un air chaleureux si son regard n’était pas froid, trahissant une certaine mélancolie. Un bandeau frontal de couleur rouge sang empêche ses cheveux noirs de jais de trop lui tomber dans les yeux.

Côté vestimentaire, rien de bien fou non plus, le jeune mage est bien loin d’être une figure de mode. Il porte généralement un pantalon simple avec des bottines montantes. Il ne quitte jamais sa veste sans manche noire qu’il laisse ouverte sur un T-shirt donc la couleur dépend de ses envies et de ses humeurs. Il ne s’interdit pas de changer de vêtement au gré de ses envies plutôt que de toujours porter la même chose comme certains !

Lorsqu’il se déplace, Perrin donne souvent l’impression d’être aux aguets, le pas léger, son regard n’est jamais fixe, un peu comme s’il guettait une menace pouvant venir de n’importe où. De plus sa gestuelle précautionneuse montre à quel point il ne laisse rien au hasard. Peut-être un résidu de son expérience de barbier. En général, on fait l’erreur de couper un client une fois, pas deux.


→ Caractère ←

Enfant, Perrin était plutôt du genre mauviette qui a peur de son ombre. Premier de la fratrie, mais venu au monde dans une famille accaparée par le travail, ses parents n’avaient d’une part pas beaucoup de temps à lui accorder, et d’autre part, étant au début enfant unique, leur pire hantise était qu’il arrive quelque chose à leur fils jusque-là unique. Du coup, les parents Ilvert ont peut-être un peu trop forcé quand il s’est agi d’apprendre la prudence à leur aîné. C’est un peu là la genèse de ce jeune homme qui aujourd’hui réfléchit trop, anticipe tout et n’importe quoi, ne veut jamais rien laisser au hasard, développant presque une sorte de paranoïa. Ce trait de caractère fait de Perrin quelqu’un de globalement pessimiste même s’il préfère dire qu’il « espère le meilleur, mais se prépare au pire ». Cette « capacité » à toujours penser à tout ainsi que le sens des responsabilité que lui ont inculqué très tôt ses parents font que Perrin a tendance à très rapidement culpabiliser. Si quelque chose de mauvais arrive, il va s’en vouloir de ne pas avoir pensé à cette possibilité et de ne pas avoir pu l’empêcher.

Depuis tout petit, il fut confronté aux moqueries des autres enfants et au dépit de ses parents en ne se montrant pas à la hauteur de leurs attentes, étant ce gosse pleurnichard abandonnant à la moindre difficulté. En grandissant, il mûrit et prit du recul mais garda un certain complexe d’infériorité et une haine dévorante de la faiblesse, lui rappelant une enfance non pas malheureuse, mais plutôt inconfortable. C’est pour ça qu’aujourd’hui, Perrin a développé une forme d’arrogance, étalant fièrement ses prouesses, même si c’est au final plus pour se rassurer qu’autre chose.

Vous l’aurez compris, ce dont Perrin a absolument besoin, c’est de reconnaissance, même s’il s’en défend bien évidemment. À ce titre, si vous lui faites quelconque compliment, il aura toujours l’arrogance de prétendre que c’est normal mais ça le rendra au fond très heureux. Le genre de garçon avec qui les flatteries vous ouvrent de nombreuses portes…

À noter également qu’il se décrit souvent comme la personne qui répond présent lorsque ça compte, à la différence des personnes qui se prétendent amies mais qui disparaissent quand les choses se gâtent. Généralement, cette réplique intervient lorsqu’il explique qu’il n’est pas forcément proche de ses amis ou de sa famille, ne s’étendant pas en futiles démonstrations d’affection, préférant des petits actes quotidiens qui comptent comme le fait de toujours s’assurer que ses proches ne manquent de rien, n’aient pas froid, aient le ventre plein, plutôt que de passer ses journées à les câliner. Pragmatique, vous dites ?


→ Histoire ←

Certains pensent qu’il n’est pas possible de ressentir la douleur et le bonheur en même temps. Cela arrive pourtant tous les jours. Il y a 23 ans, une jeune femme en fit l’expérience mitigée pour la première fois. Après de longues heures de dur labeur, son premier fils poussa son premier cri, son insupportable qui résonna pourtant aux oreilles de sa mère comme une douce mélodie. Ainsi naquit Perrin, premier d’une fratrie qui allait s’agrandir par la suite, accueillant un petit garçon puis une petite fille.

Le couple Ilvert, venait d’un petit village autour de Magnolia. Il s’y était installé en quête de richesse et avait trouvé un local peu onéreux pour se lancer en tant que barbiers. Le seul problème ? Il se trouvait à proximité directe de la guilde Fairy Tail, d’où le prix plus qu’abordable. Quel doux euphémisme que de dire qu’il fallut reconstruire à plusieurs reprises l’échoppe du fait des « manifestations » de la joyeuse guilde.

On ne peut pas dire que l’enfance de Perrin fut malheureuse. Il avait un toit, une famille et n’avait jamais manqué de rien. Mais il serait exagéré de dire qu’il était réellement heureux. Le jeune garçon était un peu le bouc émissaire des autres enfants de son âge. Un peu fragile, chaque mésaventure entraînait son lot de moqueries et il était très difficile pour lui de chercher du réconfort auprès de ses parents, ces derniers travaillant beaucoup que ce soit taillant les barbes des clients comme reconstruisant leur outil de travail, marqué par le passage de Fairy Tail comme souvent. De plus, un frère et une sœur ayant rapidement rejoint la famille, les derniers accaparaient l’attention parentale et on essaya très tôt de responsabiliser le petit Perrin. Il était de son devoir d’aîné que de se montrer fort et responsable pour soulager ses parents qui travaillaient pour nourrir la famille, qu’on lui disait.

D’ailleurs, en grandissant, son petit frère, Matrim, se révéla être un vrai petit dur, populaire car s’étant vite fait respecter auprès de ses petits camarades et protégeant sa petite sœur de chenapans malveillants. En fait, tout ce que lui-même aurait dû être. Tout ça, par son benjamin ! Autant vous dire que ce n’était pas l’amour fou entre les deux. Enfin surtout du côté de Perrin en fait, qui enviait Matrim et n’hésitait pas à lui rendre la vie dure dès qu’il le pouvait sans que ce dernier comprenne pourquoi.

Voilà pour le contexte social de l’enfance de Perrin. Rien de bien passionnant, mais au final, cette situation allait lui permettre de faire une rencontre qui allait changer sa vie. Il avait 12 ans quand tout bascula. Depuis quelques jours, des corps étaient retrouvés dans Magnolia, pâles, vidés de leur sang. Très vite, l’inquiétude avait gagné les habitants, et comme à chaque fois, toutes sortes de rumeurs courraient hantant l’imagination de la population. Mais que se passe-t-il quand de tels bruits de couloirs arrivent aux oreilles de jeunes enfants entrant tout juste dans l’adolescence ? L’ivresse de l’aventure les envahit bien sûr.

C’est donc tout naturellement qu’une expédition nocturne (et bien évidemment secrète) s’organisa la nuit tombée, pour partir à la recherche de cette créature buveuse de sang, fruit de tous les fantasmes. Le manoir abandonné à la sortie de la ville fut logiquement le premier endroit où les enquêteurs en herbe lancèrent leur investigation. Et bien évidemment, quand un bruit sinistre s’éleva du lugubre bâtiment, qui décida-t-on d’envoyer ? Perrin ! Matrim, voulant bien faire lui proposa d’y aller à sa place mais dans un excès d’orgueil, l’aîné des Ilvert refusa brusquement.

Une fois à l’intérieur, seul comme souvent, l’orgueil et l’excitation laissa place à la peur. Tremblotant de tous ses membres, se retournant à chaque grincement qu’il entendait, chaque souffle qu’il sentait sur sa nuque, il fut un instant tenté de se cacher quelques minutes avant de sortir fièrement annoncer qu’il n’y avait rien à l’intérieur. Perrin se força malgré tout à s’enfoncer plus profondément dans le manoir. Après plusieurs minutes de sursauts et de mini-crises cardiaques, une sorte de râle guttural glaça le sang du jeune adolescent. Plus loin dans la grande salle qu’il venait de pénétrer, se trouvait un corps à l’agonie, un pieu en bois planté dans la poitrine. Il s’approcha de la créature pour mieux la détailler. Il s’agissait d’un humanoïde, aux grandes oreilles, à la peau pâle, les cheveux mi-longs, tirés en arrière. Il était habillé assez élégamment, en costume de soirée. Il respirait très difficilement les yeux fermés, semblant inconscient.

_ Heu… Ça va ?

Jugez pas. Perrin n’était pas réputé pour être intelligent à l’époque. Ceci étant, le corps sembla réagir à sa question, et le jeune homme s’approcha encore plus quand tout à coup, les yeux de la victime s’ouvrirent se plongeant dans le regard de Perrin, le paralysant sur place. Le bras de la créature attrapa son poignet et petit à petit, il sentit ses forces le quitter, jusqu’à s’évanouir…

Le lendemain, Perrin se réveilla, pile à l’endroit où il avait perdu connaissance la veille, en pleine forme. Bien évidemment, les autres enfants ne l’avaient pas attendu toute la nuit. Il reçut quelques remontrances de ses parents, ainsi qu’une certaine admiration de la part des autres enfants. Il fut pendant un temps la vedette, racontant son histoire non sans l’enjoliver. Puis jour après jour, l’excitation retomba et la vie reprit son cours.

Jusqu’au jour où cette fameuse nuit le rattrapa. Alors qu’il se promenait tranquillement dans les rues de Magnolia, en pleine journée, il se fit attraper au coin d’une rue et tiré jusqu’à une sombre ruelle par un homme tout de noir vêtu, drapé d’une large cape ébène, encapuchonné. Il était même masqué de sorte qu’on ne puisse voir aucun bout de peau excepté autour de ses yeux. Avant même qu’il put ne serait-ce qu’essayer de crier, une main gantée vint l’en empêcher. Une fois ligoté et bâillonné avoir soin, histoire de bien laisser à Perrin le temps d’imaginer le pire, son kidnappeur prit enfin la parole.

_ Ecoute petit, je voulais juste m’excuser pour l’autre soir, et aussi te remercier.

Dans la pénombre de l’impasse où il avait emmené le jeune garçon, il abaissa son masque : le vampire ! Voyant la lueur de panique dans le regard de son détenu, le supposé vampire commença à développer son propos. Ulrich (car c’était son petit nom) n’était en aucun cas un vampire, mais était atteint d’une maladie qui lui interdisait tout contact direct avec la lumière du soleil. A cause des cadavres retrouvés vidés de leur sang, il avait été pris en chasse à tort par le groupe de la battue organisée. C’est en volant l’énergie vitale de Perrin qu’Ulrich avait pu trouver la force de retirer le pieu qu’il avait dans la poitrine et d’aller se faire soigner. Il n’avait pas bu son sang et il ne s’agissait là que de sa magie, qui lui permettait d’aspirer la vitalité des êtres vivant qu’il touchait afin de renforcer son corps. Alors que les pièces s’assemblaient une à une dans l’esprit de Perrin au fur et à mesure qu’Ulrich contait son histoire, il se calma. En guise de remerciement pour lui avoir sauvé la vie, Ulrich voulait lui enseigner sa magie, qu’il nommait vampirisme par ironie. Après avoir signifié son accord d’un hochement de tête, Perrin fut libéré de son bâillon.

_ Et pour toutes ces victimes vidées de leur sang ?
_ Je m’en suis occupé.

Il n’en saurait pas plus.

Et ainsi commença un entraînement clandestin. Perrin appris d’abord à absorber l’énergie vitale des êtres vivant, à commencer par des fleurs, ce qui n’était pas chose aisée lorsqu’on partait de zéro. Puis, ce fut autour des arbres autour du manoir abandonné de faner mystérieusement au profit de l’éducation de Perrin. Enfin, il s’entraîna sur son maître, son but étant de contrôler son absorption afin de ne pas tuer « par mégarde » sa victime. Ceci dura plusieurs années, durant lesquelles le jeune apprenti perfectionna son art. Puis vint l’année X784, l’année qui donnerait enfin à Perrin l’occasion de faire usage de sa magie.

Cette année-là, Magnolia fut témoin d’un terrible affrontement entre les guildes Fairy Tail et Phantom Lord. Alors non, Perrin ne prit pas part à cette guerre totale mais malheureusement, la violence des combats atteint également les alentours, dont un certain barbier… Le jeune « vampire » en devenir sortait d’un entraînement corsé avec Ulrich et fut aux premières loges pour voir le bâtiment familial s’effondrer. Bien qu’il fut tenté de ne pas aller secourir un frère qu’il jalousait et des parents qui ne voyaient en lui qu’une mauviette, il se jeta finalement dans les décombres, utilisant sa magie pour décupler sa force et dégager la voie. Au final, pas de victime, et pour ce qui est de la boutique, la famille Ilvert avait l’habitude de reconstruire, « grâce » à Fairy Tail. Mais cette anecdote est importante pour Perrin, car elle lui a permis de se rendre compte que malgré les relations compliquées qu’il entretenait avec sa famille, l’amour qu’il leur portait était réel.  Aussi, cela changea l’image que sa famille avait de lui. De mauviette en manque de confiance qui avait peur de son ombre, ils en vinrent à comprendre que sa force était de répondre présent lorsque la situation était critique.

Quelques jours après la victoire de Fairy Tail sur Phantom Lord, une fois sa maison et source de revenu familiale reconstruite, Perrin entreprit de continuer sa formation auprès d’Ulrich. Malheureusement, pas moyen de lui mettre la main dessus. Il s’était tout simplement évaporé. Au début, il pensa que son maître avait pu avoir des soucis durant le chaos occasionné par la récente guerre. Au fur et à mesure que les jours passaient, puis les semaines, Perrin se fit une raison et la vie reprit son cours normal. Plus ou moins passé à l’âge adulte, il travaillait avec ses parents comme barbier, chose plutôt cocasse puisqu’il était lui-même quasiment imberbe. Peu à peu, la monotonie gagna le jeune homme, et il se fit à cette vie, destiné un jour à reprendre l’affaire familiale. Jusqu’à ce qu’évidemment, un nouvel évènement vienne bouleverser son train- train quotidien. Ce jour-là, alors qu’il prenait le soleil lors d’une pause bien méritée après avoir passé de longs moments à trifouiller les poils des autres, une silhouette encapée, toute de noire vêtue, l’attrapa par le col et l’entraîna dans une ruelle sombre avant de le jeter violemment au sol.

_ Ulrich ?
_ Bon au moins ça prouve que tu le connais.

Le masque s’abaissa sur un visage plus jeune et surtout féminin. Définitivement pas Ulrich. Après quelques minutes d’explications, le voile tomba. Il s’agissait de la FILLE d’Ulrich ! Le choc. Mais bon, après réflexion, il devait bien avoir une vie, ce n’était pas forcément un vagabond non plus. Voyant la fille d’Ulrich enrager de ce qui se trouvait sûrement être un énième coup d’épée dans l’eau, Perrin lui proposa de l’aider dans sa quête.

Au début, il s’agissait de simplement d’absenter un petit jour, pour aller enquêter. Puis, ils tombèrent sur des pistes qui les menèrent à plusieurs jours de voyage. A force de suivre Kristina, la fille d’Ulrich dans toutes ses aventures, Perrin finit par faire part intégrante de cette quête. Les années passèrent, laissant l’occasion aux deux jeunes de se rapprocher, vivant quasiment l’un sur l’autre durant leurs infructueuses recherches. Ils assistèrent un peu de l’extérieur à l’ascension des guildes noires et à leurs retentissants coups d’éclats, mettant à mal les plus influentes et les plus puissantes guildes légales de Fiore. Autant dire que si l’idée de rejoindre une guilde avait effleuré les deux aventuriers, voir tant de sang versé les avait persuadé de rester dans leur coin à s’occuper de leurs affaires.

Finalement, las de courir après une chimère, des tensions se développèrent entre Perrin et Kristina. Les désaccords quant à leur quête prirent de l’ampleur et les esprits s’échauffaient de plus en plus souvent. Une goutte d’eau fit déborder le vase et ce fut la séparation. Libre comme l’air, Perrin pensa d’abord à rentrer à Magnolia, mais au fil des ans, il avait pris goût à l’aventure. Et ça serait un peu gâcher sa magie que de se contenter d’une vie de civil. Il se mit donc à la recherche d’une guilde dans laquelle il se sentirait bien.

[A FINIR]


→ Hors - RP ←
→ Prénom : Alex’
→ Âge : 26 ans
→ Hobbies : En ce moment Game of Thrones. C’est tout.
→ Mangas préférés : Karate Shoukoushi Kohinata Minoru, Nanatsu no Tazai, Black Clover
→ Comment-avez vous connu le forum ? : Recherche forumactif
→ Remarque(s) : Absence de coin invité pour quelques questions. Les topics de présentation des guildes sont également inaccessibles aux invités



___________________________________________________________________

    « Espère le meilleur, mais prépare-toi au pire »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 165
Date d'inscription : 16/10/2015
Age : 27
Localisation : Derrière toi !

Fiche du Mage
Puissance Magique: 2448
Magie: Teiku Ōbā : Neko Tamashī
avatar
Modérateur | Ore-Sama
Modérateur | Ore-Sama
MessageSujet: Re: Perrin Ilvert - EN FINITION Sam 5 Aoû - 3:23

Bienvenue parmi nous Perrin ! ^^

Citation :
→ Remarque(s) : Absence de coin invité pour quelques questions. Les topics de présentation des guildes sont également inaccessibles aux invités

Je note qu'apparemment tu n'as pas trouvé la section invité. Elle se trouve dans la Communauté → Votre communauté → Salle des membres → Le coin des invités.

Mais ce n'est pas très important, puisque tu es là, je t'invite à poser tes questions ici si tu le souhaites.

___________________________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2
Date d'inscription : 05/08/2017
Age : 26
avatar
MessageSujet: Re: Perrin Ilvert - EN FINITION Sam 5 Aoû - 20:05

Merci pour l’accueil!

Effectivement, j'ai pas cherché assez en profondeur pour la partie invité. Mais ça n'a plus d'importance, j'ai trouvé des gens pour me répondre sur Discord ^^

Plus qu'à définir la guilde qui correspondrait le mieux à Perrin, associer l'histoire et ça sera fini pour moi =)

___________________________________________________________________

    « Espère le meilleur, mais prépare-toi au pire »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 165
Date d'inscription : 16/10/2015
Age : 27
Localisation : Derrière toi !

Fiche du Mage
Puissance Magique: 2448
Magie: Teiku Ōbā : Neko Tamashī
avatar
Modérateur | Ore-Sama
Modérateur | Ore-Sama
MessageSujet: Re: Perrin Ilvert - EN FINITION Sam 5 Aoû - 21:57

D'accodac, bon courage alors Wink préviens nous quand tu auras fini.

___________________________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Perrin Ilvert - EN FINITION

Revenir en haut Aller en bas
 

Perrin Ilvert - EN FINITION

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Enfin, 68, la définition à laquelle j'adhère totalement
» Verni de finition
» Définition du jeu de rôle
» « un objet d'art, par définition, est l'objet reconnu comme tel par un groupe. »
» Définition des abréviations(ex: SH,PL,ST ect)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail No Sekai :: Welcome on Fairy Tail No Sekai ! :: Papiers du Madoshi :: Présentations-