Partagez | 
 

 Les Magnus domineront le monde [Near/Unia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 245
Date d'inscription : 15/08/2013
Age : 21
Localisation : somewhere near you

Fiche du Mage
Puissance Magique: 2863
Magie: Black Matter et Disaster
avatar
Black Claw
Black Claw
MessageSujet: Les Magnus domineront le monde [Near/Unia] Jeu 16 Juil - 21:58

Enfer et damnation, sa tenue favorite, son divin collant léger grisâtre recouvrant entièrement son corps, tellement pratique pour générer de la matière noire, tellement élégant et rafraîchissant, tombait en lambeaux. Near devait se rendre à l'évidence, elle s'était trop battue avec, aucun des trois qu'elle avait acheté durant son passage à Desieruto ne tenait encore en place. C'était un problème car elle n'avait jamais trouvé de tenue semblable à Fiore, et de toute façon la capricieuse jeune femme ne voulait pas une tenue semblable, elle voulait la même. Ainsi en quelques heures à peine, Near avait déjà rassemblé ses affaires et prévenu Pandora de son absence de longue durée, elle n'était pas du genre à prendre son temps une fois une décision prise. Cependant elle ne comptait pas non plus y passer des années et avait déjà une idée sur la manière d'accélérer son voyage. Une fois éloignée de la civilisation et équipée d'une carte et d'une boussole, Near généra de la matière noire pour former deux énormes ailes et prit son envol. N'étant plus la mage débutante d'autrefois, elle pouvait à présent les maintenir suffisamment longtemps pour augmenter sa vitesse de voyage de manière plus que significative. Sans plus de cérémonie la route commença, étant partie de Bosco elle n'avait pas une si grande distance à parcourir pour se rendre à son objectif. Mais encore une fois : elle voulait exactement la même tenue et choisit donc d'allonger significativement son voyage pour se rendre à la même ville du nord du pays désertique où elle avait acheté son collant la première fois. Une fois finalement arrivée sur place après de longues semaines de voyage, la noire trouva son bonheur et acheta cinq exemplaire de la tenue tant convoitée, en enfilant un dès que possible. Et alors que son objectif était atteint, Near se remémora son précédent passage dans ce magasin, à l'époque ou elle était seule mais libre, fuyant après avoir tué son père. Ce qui la mena à se poser une autre question : qu'était devenue la famille Magnus après la mort de son père et son départ ?

Logiquement son oncle ou son cousin avait probablement reprit les rennes. Elle ne les connaissaient que peu, surtout son oncle, mais avait toujours considéré ses cousins comme des mauviettes. Quand elle était petite, le maître d'arme l'avait surprise à espionner ses leçons et étant plutôt sympathique, avait accepté de lui donner des cours de temps à autre sans en parler à personne. Au bout de quelques mois ses cousins qui prenaient des cours avec le même maître d'arme l’apprirent et en fière enfants mâles de haute lignée décidèrent de la défier pour prouver qu'une fille n'avait rien à faire dans une salle d'armes, Near les avaient humiliés en quelques mouvements. Ensuite ils étaient allés pleurer chez le père de leur assaillante qui fut sévèrement punie et surveillée à partir de ce jour l'empêchant de retourner s’entraîner avec le maître d'arme. Bref la noire ne portait pas ces crétins dans son cœur. La curiosité la plus intense la gagna, elle voulait savoir comment de tels larves pouvait reprendre le rôle que son père assumait avec tant de sérieux et d’ardeur. Et puis de toute façon elle n'avait rien de précis à faire à Fiore ou Bosco et était quasiment plus proche de sa ville de naissance que du Dead End Pass, autant y aller. Ainsi la noire reprit son envol, direction Pergrande.

Une fois sur place de mauvais souvenirs refirent rapidement irruption, des rues toutes proprettes où elle s'était fatiguée à marcher de manière gracieuse et élégante à chaque fichue sortie. Ces nobles qui l'air de rien la jugeait à chaque fois que leurs petits yeux infects se posaient sur elle ; si elle n'était pas venue pour une chose précise elle aurait déjà égorgé l'un d'entre eux dans une ruelle histoire de se défouler. Mais dans un effort surhumain la noire parvint jusqu'au manoir du chef de famille sans commettre un meurtre. Et là problème : quel attitude adopter ? Elle ne pouvait pas juste entrer d'un grand « coucou je suis votre cousine disparue » elle ne savait même pas si elle était suspectée du meurtre de son père ou non finalement. Dans le meilleur des cas c'était le cas et elle allait devoir se battre dans le pire des cas ils allaient la reprendre dans la famille et lui refaire mener une vie de noble brrrr...quelle horreur.

C'est pendant que cette pensée lui traversait l'esprit. Que Near entendit des cris venant de derrière le manoir. Faisant rapidement et discrètement le tour, la noire découvrit deux jeunes hommes s'affrontant à l'épée, se cachant rapidement dans un buisson elle les observa un moment. Ils étaient mauvais, il était clair qu'ils n'avaient jamais combattu en situation réel et privilégiait l'élégance à l’efficacité, typique des duellistes noble en somme, cette façon d'être combinée à leur apparence permit à Near de reconnaître ses cousins. D'un regard fatigué elle assistait à leur ridicule duel d’entraînement quand soudain elle sentit du mouvement à côté d'elle. Son expérience de stalkeuse lui avait permit de différencier ce mouvement de celui d'un animal : un autre humain était dans le buisson ! Sans un bruit, la louve se déplaça vers l'origine du bruit en déclarant à voix basse.

« Qu'est ce que vous faites ici, on ne peut plus espionner tranquillement ?! »

___________________________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Magnus domineront le monde [Near/Unia] Lun 10 Aoû - 0:03

Comme presque tous les jours, une légère brise printanière soufflait dans les jardins habités par un certain esprit onirique et ses compagnons, en ce si beau mois de... Mince, quel mois était-on, déjà ? Unia était presque certaine d'être au moins en automne, étant donné que cette saison était bel et bien d'actualité lors de sa dernière sortie dans le monde réel. Pour plus de précisions, il ne fallait en tout cas pas compter sur elle. Et puis déjà, combien de temps exactement s'était écoulé depuis sa visite à Magnolia ? Certainement pas très longtemps, mais ça ne datait pas de la veille non plus. Aussi la princesse avait rapidement repris sa petite routine, en passant de son thé de l'après-midi aux jérémiades de Lean, saoul, roulant sous les tables avec sa bouteille d'alcool à la main, toisé par le regard dédaigneux d'un certain duo.

- Pssst, Alcor, passe-moi ce bâton, là !, chuchotait la fille en direction de son frère, pointant son index vers un bout de bois délaissé non loin d'eux.

- Oh, c'est pour faire ce que je pense ? demandait ensuite le garçon en attrapant la branche, avant de se retourner vers sa maîtresse, assise quelques mètres plus loin. Dis, dis, grande sœur ! On peut taper Lean avec ce bâton, Mizar et moi ? S'il te plaiiiiiit !

Occupée à manger sa tarte aux fraises avec Kenn et Julius, la jeune femme n'avait pas vraiment suivi toute l'histoire, mais de toute évidence, les jumeaux avaient une fois de plus envie de jouer avec son serviteur le plus proche. Soit. Jetant un petit coup rapide en direction de ses deux autres compagnons, elle eut pour réponse de la part du blond un simple haussement des épaules, tandis que l'albinos avait l'air enchanté par l'idée, gloussant innocemment. Bien entendu, il s'entendait très bien avec Lean, mais ça ne l'empêchait pas de se joindre aux manigances d'Alcor et Mizar dès qu'il en avait l'occasion. De son côté, Unia n'avait pas le cœur à refuser une telle demande à ses subordonnés qui la regardaient avec des yeux écarquillés et scintillants.

- Hmm... Elle fit mine de réfléchir pendant quelques secondes, levant les yeux vers le ciel tout en mettant sa main sous son menton. Et bien, j'ai cru apercevoir une branche encore plus grande un peu plus loin ! Pourquoi n'iriez-vous pas la chercher ?, répondit-elle ensuite, tout sourire.

La réaction des deux enfants ne se fit pas attendre puisqu'ils partirent aussitôt dans la direction montrée par Unia tout en sautillant et pouffant de rire. L'altesse, quant à elle, repris un air plus sérieux, et s'approcha de Lean avant de s'accroupir à ses côtés, tandis qu'il regagnait ses esprits peu à peu. Ouvrant les yeux avec difficulté, il retrouva bien vite toute sa fougue lorsque ses yeux se posèrent sur sa souveraine, se relevant alors aussi vite qu'il le put. Bien entendu, il était encore chancelant dû son état préalable, aussi la demoiselle le soutint par le bras pour le faire asseoir à ses côtés sur une chaise.

- Ma douce, le jeune homme commença à parler avec une certaine hésitation, l'esprit sans doute encore embué, je te vois en triple. D'habitude, je bénirais une telle vision mais je me sens un peu vaseux... Soupirant de dépit, Lean regarda le verre d'eau que Kenn venait de lui apporter, ce qui lui causa l'apparition d'une petite moue sur les traits de son visage. Non merci, je n'éprouve aucunement l'envie d'avaler la moindre substance liquide quelle qu'elle soit avant un bon moment, alcoolisée ou non. Il se retourna ensuite de nouveau vers Unia. Pardonne-moi, je suis indigne d'être ton attenant, avec un comportement pareil.

Voir son servant aussi désemparé face à une situation si commune désolait un tant soit peu l'altesse, malgré tout. Encore que cette fois-ci était plutôt calme, contrairement à d'autres moments où il buvait jusqu'à en pleurer ou à s'égarer  dans des déclarations passionnées pour Unia, qui souvent duraient un certain temps. Aussi se montra-t-elle compatissante en tapotant gentiment le dos de Lean, geste amical que lui avait appris Ryuji quelques jours auparavant.

- Allons, allons, lui disait-elle d'une voix douce. Se morfondre ne sert à rien, et tu le sais. Et puis, peu importe ton état, tu es toujours mon plus proche ami. Sur ce, va donc te reposer, je vois Reim qui arrive et il risque de te donner une affreuse migraine ! Julius, peux-tu l'accompagner ?

- Certainement, madame, répondit le blond en se levant.

Porté par l'humour de sa dame, et surtout par Julius, Lean se releva avec une légère difficulté, avant de la saluer en s'inclinant brièvement. Les deux se dirigèrent ensuite vers l'intérieur de la demeure où tous résidaient, croisant au passage l'esprit le plus âgé de la princesse, bien qu'il faisait relativement jeune d'apparence. Gratifiant Unia d'un franc sourire, celui-ci prit place à ses côtés tout en observant Alcor et Mizar jouer avec leur branche, au loin.

- La température est une fois de plus clémente, dit Reim tout en se servant du thé.

- Oui, et le ciel est bleu, affirma la jeune femme en mordant dans le macaron beige qu'elle tenait entre son index et son majeur. Mais tu n'es pas revenu du monde réel pour me parler de la météo, n'est-ce pas ?

- Effectivement. Je tenais juste à te faire part d'une découverte fort intéressante que j'ai faite lors d'une excursion à Pergrande, un royaume situé à Ishgal.

- … Et ?

- Et il se trouve, très chère, que tu n'es pas la seule Magnus encore en vie.

Impossible. Sous l'étonnement, et disons-le clairement, le choc, Unia lâcha le reste de son macaron qui tomba dans un petit bruit sur la table napée. Les mains légèrement tremblantes, elle agrippa les pans de sa robe, regardant devant elle d'un air indescriptible. Mais après tout, c'était tout à fait plausible. La princesse était au courant du décès de seulement deux des enfants impériaux de Magnus, étant donnés qu'ils étaient enterrés dans son jardin spirituel à quelques centaines de mètres de là. Cela étant, il restait encore une dizaine d'entre eux, et sans doute certains avaient survécu à la guerre d'une manière ou d'une autre.

- Reim... Je ne suis pas encore sûre de vouloir de nouveau me mêler à tout ça, soupira Unia tandis qu'elle reprenait son calme.

Cela ne coûtait rien, pourtant, de mettre le nez dehors durant quelques heures afin d'en apprendre plus sur ces descendants. Malgré cela, l'incertitude était encore trop présente dans le cœur de l'altesse. Kenn, perché sur sa chaise en face de Reim et elle, sautilla gracieusement pour se placer derrière sa maîtresse et l'enlaça en passant une main dans ses cheveux violets, l'autre serrant fermement ses épaules.

- Tout ira bien, mademoiselle ! la rassura-t-il d'une voix douce. Vous n'êtes plus toute seule désormais ! Pourquoi ne pas envoyer l'un d'entre nous en éclaireur, vous n'aurez qu'à observer tout le reste d'ici ! Il marqua ensuite une pause, relâchant son étreinte et zyeutant ses alentours d'un petit regard gêné avant de continuer. Laissez-moi y aller, je vous prie. Si cela peut apaiser vos craintes, ce serait un honneur pour moi d'aller dans le monde réel. Et puis, étant moi-même originaire de Pergrande, je pourrais vous être utile, là-bas !

Aussi touchante la dévotion de Kenn soit-elle, Unia n'était pas très attirée par l'idée de le laisser sortir cette fois-ci. Il l'avait déjà bien aidé auparavant à Magnolia, et ce serait abuser que de lui demander encore une fois de lui rendre un service aussi important. Cela dit, hormis Reim, il n'était pas le seul esprit ici présent près à être déployé sur le terrain, comme on disait. Aussi la dame fit un petit geste envers les deux enfants en train de se chamailler un peu plus loin, les faisant s'arrêter aussitôt et venir deux secondes plus tard aux côtés de leur proclamée grande sœur.

- Alcor, Mizar, j'ai quelque chose de très important à vous demander, annonça la jeune femme solennellement, faisant asseoir les jumeaux sur ses genoux. Il se trouve que Reim a découvert des gens provenant de ma famille dans un endroit nommé Pergrande, à Ishgal. Cela me ferait très plaisir si vous alliez voir de quoi il en retourne. Prenant ensuite la main de l'albinos dans la sienne, Unia la serra délicatement. Kenn, je préfère que tu restes auprès de moi, aujourd'hui.

- Bien, mademoiselle, répondit le barde en s'inclinant.

Les jumeaux, quant à eux, avaient l'air plus que ravis de sortir dehors, à la découverte d'un nouveau terrain de jeu et surtout, de potentielles nouvelles victimes à tourmenter selon leur envie.

- On va faire de notre mieux, promis ! affirma Alcor en hochant vivement la tête.

- J'ai déjà hâte d'y être ! renchérit Mizar en sautant des genoux d'Unia, ouvrant un portail dimensionnel quelques mètres plus loin. Prête à y entrer, elle s'arrêta cependant à mi-chemin, se retournant rapidement vers Reim. Aheeeem... c'est par où, Pergrande ?

Refermant son portail, elle trottina vers le bras-droit de la princesse, ce dernier l'observant avec un sourire moqueur. Alcor était à côté de lui, attendant patiemment ses instructions. Aussi Reim fit apparaître un nouveau passage, cette fois avec les bonnes coordonnées.

- La fougue de la jeunesse est définitivement une chose bien distrayante, dit-il en ricanant. Cependant, jeune fille, soit plus attentive la prochaine fois. Qui sait où vous auriez pu vous retrouver en traversant un portail qui ne mène nul part ?

Effectivement, il n'avait pas tort, bien au contraire, aussi Mizar se contenta-t-elle d'acquiescer en silence. Quelques secondes après, son alter-ego et elle avaient disparu du champ de vision d'Unia pour se retrouver... dans un buisson.

- Nul part aurait toujours été plus appréciable qu'en plein milieu d'un tas de branches, marmonna Alcor en essayant de se dégager de cet endroit peu commode.

- Oh. Aurais-je fais une erreur dans mes calculs ?

- On peut t'entendre, Reim, fais pas semblant de t'être trompé !

Mizar avait beau râler autant qu'elle le pouvait à l'attention de la voix qui était actuellement sa tête, elle ne pouvait pas faire grand chose d'autre. Hormis peut-être rentrer dans le monde spirituel, mais ça ne ferait que compromettre la tâche confiée par Unia, et qui était prioritaire. Mais en parlant de compromission, il semblerait que les deux esprits ne soient clairement pas au bout de leur peine, étant donné que leur buisson n'était pas tout à fait inoccupé... Aussi se firent-ils apostropher par une femme à l'apparence juvénile, bien qu'étrange et peu rassurante, vraisemblablement occupée à espionner. Postée dans le même amas feuillu qu'eux, elle n'avait pas vraiment l'air commode, bien qu'il en fallait plus aux deux enfants pour être intimidés.

- Pssst, Alcor, c'est qui celle-là ?

- Qu'est-ce que j'en sais, moi ? Hé, lança le jeune garçon à l'attention de la singulière inconnue. T'es qui, toi ? On a atterri dans ce buisson par accident mais si tu nous dis qui tu espionnes et pourquoi, on pourra peut-être accepter de le partager ! Il est suffisamment grand pour nous trois, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 245
Date d'inscription : 15/08/2013
Age : 21
Localisation : somewhere near you

Fiche du Mage
Puissance Magique: 2863
Magie: Black Matter et Disaster
avatar
Black Claw
Black Claw
MessageSujet: Re: Les Magnus domineront le monde [Near/Unia] Mer 26 Aoû - 0:15

Pourquoi fallait-il toujours que tout soit si compliqué ? La pauvre Near voulait simplement espionné ses cousins pour décider en toute simplicité si elle allait les tuer et voilà qu'elle se retrouvait avec deux gamins pénibles sur les bras, franchement tout ces malheurs tombant sur cette gentille jeune femme, c'était à se demander si il y avait une justice en ce monde. Revenons à nos moutons, Near devait réfléchir à un moyen de gérer ces deux pestes sans se faire repérer, les premières solutions qui lui vinrent furent bien évidement de s'en débarrasser de manière radicale, mais avec un minimum de réflexion, elle calcula vite qu'elle risquait très probablement de se faire repérer. Il fallait donc faire une chose que la louve détestait : une concession. Après tout c'était juste des gamins voulant jouer, avec un peu de chance ils n'allaient pas être trop compliqués à supporter. Indiquant du doigt les deux jeunes nobles s'affrontant à la rapière dans le grand jardin devant eux, Near déclara à voix basse d'un ton irrité.

«  J'espionne ces deux asticots pour des raisons personnels, si vous voulez tout savoir ce sont Corrin et Sylvain de la maison Magnus, voilà contents ? »

Prenant ensuite le temps de bien observer ses cousins en espérant ne pas être dérangée d'avantage, la noire se mit à réfléchir à ce qu'elle devait faire. Les laisser était une possibilité, après tout elle s'en fichait pas mal de ce qui pouvait arriver à ces idiots, il n'avait aucune importance dans sa vie actuelle auprès de Silver Fang et surtout de sa Pandora adorée. Mais d'un autre côté rien ne l'empêchait de débarrasser ce monde de ces deux là, et aussi au passage de leur père qui devait se trouver à l'intérieur. Il était vrai qu'avoir fait tout ce chemin pour rien était sans l'ombre d'un doute idiot et que ces deux là l'avait suffisamment agacée quand elle était enfant pour mériter un petit châtiment. Mais à ce moment là, juste les tuer serait un peu idiot, autant en profiter pour briser leurs petits égaux de nobles ou pour révéler toute l'hypocrisie de leur vie de profiteurs. Car bien que spontanée et passionnée, Near n'était pas idiote et pouvait très bien réfléchir à des plans complexes si elle pouvait y trouver de l'amusement. Elle pourrait par exemple revenir en prétendant vouloir reprendre la direction de la famille qui lui revient de droit histoire de les faire un peu paniquer. Ça pourrait être drôle, mais le soucis dans ce cas, était qu'ils pouvaient toujours se rassurer en partant du principe que les héritier mâles auraient de toute manière l'avantage sur une héritière disparue aussi longtemps. La noire se demanda donc ce qu'elle pouvait faire d'autre. A la limite elle pouvait faire croire qu'elle s'était marié avec un homme du peuple, ça c'était le genre de trucs qui aurait mit son père hors de lui, mais bon ça impliquait de trouver un homme qui accepterait de jouer la comédie et surtout...brrr...de jouer le rôle de l'amoureuse elle même.

Near étant le genre de personnes chez qui ce genre de pensées tourbillonnent bien vite dans l'esprit, seul quelques secondes s'étaient écoulés dans le vrai monde de la réalité véritable. Ennuyée de ne pas avoir véritablement d'idée, elle décida de se tourner à nouveau vers les gosses qui avaient l'air plutôt intéresses par les deux asticots de nobles engeances eux aussi. Frustrée de ne rien avoir à faire dans l'immédiat, la louve décida d'interroger les deux gêneurs.

« Et vous qu'est ce que vous fichez là ? Mes débiles de cousins vous intéresses  en quoi ? »


A force de retourner le problème dans sa tête, elle avait posé la question comme elle se l'était posé à elle même : c'est à dire avec le mot « cousins » ce qui était une erreur idiote, mais aux yeux de la louve, pas grave, elle partait du principe qu'en cas de pépin elle pouvait toujours tuer tout le monde.

___________________________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Magnus domineront le monde [Near/Unia] Ven 28 Aoû - 23:01

Qui aurait pu penser que huit siècles après sa chute, la famille Magnus soit encore de ce monde ? Mais surtout, était-ce au moins une bonne chose ? Certes, de ce qu'en voyaient Alcor et Mizar actuellement, les deux jeunes hommes présents un peu plus loin, apparemment nommés Corrin et Sylvain – quels drôles de noms, d'ailleurs – vivaient une existence plutôt confortable. Cela dit, rien en comparaison du faste de l'empire auquel ils auraient pu appartenir huit-cent ans plus tôt. Au final, il ne restait plus grand chose du temps passé, si ce n'est un nom, qui ne voulait plus rien dire au demeurant.    Et puis aussi... étaient-ils seulement les uniques descendants de l'ancienne famille impériale ? Reim n'avait parlé que de personnes vivant à Pergrande, mais il était également fort possible que d'autres individus aient échappé à sa vigilance. Non pas qu'Unia voulait se mettre en quête de décimer chaque Magnus restant à Ishgal, mais garder un œil sur eux n'était pas si mal non plus. Et puis, en quelque sorte, elle était la matriarche du clan par ancienneté, il était donc de son devoir de veiller sur les autres !

Enfin, en réalité, elle avait déjà suffisamment à faire avec ses propres compagnons. Ils étaient sa famille, après tout, et les humains n'avaient que peu d'intérêt pour elle, désormais. Elle ne les rejetait pas totalement ceci dit, mais c'était une question d'habitude : après tant d'années dans le monde des esprits, en étant elle-même un, les relations humaines n'étaient plus vraiment son fort. Pourtant, elle devait bien faire un effort ! Et quitte à aller demander des informations à quelqu'un, autant le faire avec celle que les jumeaux avaient justement sous la main : cette étrange inconnue aux cheveux de jais et au regard perçant, se déclarant cousine des jouvenceaux s'exerçant à quelques mètres de là. Une Magnus également, donc. Observant toute la scène depuis sa dimension alternative, la princesse hésitait encore à sortir dans le monde réel. Devait-elle attendre encore un peu avant de se montrer ? La femme dont le nom lui était encore inconnue n'avait pas l'air des plus patientes, aussi craignait-elle que la personnalité bouillonnante de ses deux protégés ne la fasse bien vite perdre patience.

D'un autre côté, et c'était une raison plus personnelle et égoïste, elle n'était pas sûre d'être de nouveau prête à revoir des gens hors de son cercle privé. Soit, sa toute première sortie quelques temps auparavant fut un succès, mais son compagnon de fortune avait été des plus sympathiques. Quant à cette femme... rien n'était aussi sûr. Pourtant, Unia devait prendre son courage à deux mains, et réitérer l'expérience à nouveau ! Concentrant sa respiration sur sa poitrine, elle inspira et expira plusieurs fois d'affilée, afin de réduire la crainte légèrement palpable qui gisait au fond d'elle-même. Une fois qu'elle se sentit prête, elle se leva de sa chaise, sous le regard concerné des quelques esprits se trouvant à ses côtés, puis ouvrit un portail à destination de Pergrande. Il ne lui restait à faire qu'un seul pas pour se retrouver en face d'une nouvelle personne à confronter, et il y avait de quoi avoir le trac. Mais en bonne souveraine qu'elle était, la jeune femme aux cheveux parme ne laissa rien voir de son conflit intérieur, et s'apprêta à franchir le cap entre rêve et réalité – littéralement.

- Attendez, Princesse.

Derrière elle, la voix calme et douce de Julius lui fit stopper sa marche. Se retournant vers le blond, Unia l'écouta attentivement, sachant pertinemment qu'il ne l'aurait arrêtée sans une bonne raison.

- Devrais-je venir avec vous ? reprit-il d'un air poli, avançant de quelques pas vers sa dame. Kenn était avec vous lors de votre dernière sortie. Il serait peut-être plus judicieux d'être accompagnée, cette fois encore.

Si Julius proposait cette option, songea Unia, c'est qu'il avait forcément une idée en tête. Hormis Reim, il était le plus réfléchi de tous les esprits de l'altesse, ses conseils étaient donc à prendre de la manière la plus sérieuse qui soit. Cela dit, la concernée avait une totale confiance en Alcor et Mizar : aux côtés d'énergumènes pareils, elle ne risquait pas grand chose ! Aussi exécuta-t-elle un petit geste de la main, signifiant à Julius que ses paroles avaient été entendues.

- Merci, Julius, répondit Unia tout en faisant de nouveau face au portail de sortie. Je compte sur toi pour intervenir en cas de besoin. Exceptionnellement, je t'autorise à utiliser mes propres réserves magiques pour forcer le passage vers Pergrande tant que je m'y trouverai. Suite à ces paroles, elle jeta un dernier coup d'oeil à Kenn et Reim qui étaient restés un peu plus loin. Seuls manquaient à l'appel Lean et Hermes, avait-elle remarqué. Le premier était en train de souffrir dans sa chambre dû à son taux d'alcoolémie – un fait impressionnant dès lors qu'on sait que les esprits oniriques ne peuvent pas être saouls – et le second était quelque part vers un endroit appelé Caelum, si sa mémoire ne lui jouait pas des tours. Mais si jamais elle le désirait, Unia pouvait aisément le faire revenir à elle, une chose qui, elle espérait, n'aurait pas à se produire dans un futur proche. Bien, j'y vais, annonça-t-elle enfin, la voix pleine d'assurance.

Traversant enfin le portail sous les encouragements de ses pairs, la princesse franchit enfin la frontière vers ce monde si peu familier pour elle, bien qu'elle y soit pourtant née lors d'une époque jadis. Une fois de l'autre côté, elle arriva dans une petite clairière, proche d'un manoir. Chance pour elle, il n'y avait pas autant de monde qu'à Magnolia cette fois-ci. Mais surtout, Alcor et Mizar, ses deux adorables esprits jumeaux, étaient juste devant elle, à un mètre de distance. Et encore un peu plus loin, celle qui portait aussi le nom des Magnus. Aussitôt arrivé, les deux petits se jetèrent dans ses bras, l'enlaçant aussi fort qu'ils le pouvaient. Pour autant, ils n'étaient absolument pas effrayés, bien au contraire, et observaient leur bien-aimée maîtresse avec un sourire fier et des yeux scintillants.

- Grande sœur, regarde ! s'exclama Mizar joyeusement.

- On a trouvé les autres Magnus ! continua Alcor, tout aussi enjoué.

Gratifiant les enfants d'une caresse bien méritée sur la tête, Unia se baissa jusqu'à être à leur hauteur, puis s'adressa à eux.

- Vous avez fait un excellent travail, tous les deux, les congratula-t-elle avec une affection notable dans le ton qu'elle employait.

Suite à cela, elle se redressa et s'avança vers la mystérieuse brune. Enfin, l'heure était venue de se socialiser... ou du moins essayer, tout dépendait de la personne en face. Prenant un air sérieux et un regard neutre, l'esprit aux yeux violets engagea donc la conversation.

- Il se trouve que je m'intéresse à vos... cousins. Unia accentua son ''je'', afin de faire comprendre qu'Alcor et Mizar étaient à exclure de l'affaire. Quant à l'adjectif attribué aux deux jeunes hommes, elle préférait ne pas y faire attention. Voyez-vous, mademoiselle, je suis également une Magnus, bien que je provienne d'une ère à présent révolue. Imaginez donc ma désinvolture lorsque j'ai appris qu'il existait d'autres personnes de ma lignée, certes indirecte, encore en vie après autant de temps... Cette famille aurait dû disparaître il y a plusieurs siècles de cela mais, si je puis me permettre, vous n'avez pas l'air d'y être particulièrement attachée, n'est-ce pas ?

Cette conclusion était purement hypothétique, mais il était aisé de deviner les sentiments de la femme à la tenue si moulante simplement en observant son expression faciale qui était tout sauf pleine d'appréciation pour les Magnus. Que ce soit le cas ou non, de toutes manières, les deux étaient de la même famille, et il n'y avait de ce fait aucune raison pour Unia de cacher la vérité sur son identité, comme elle avait pu le faire lors de sa précédente rencontre avec un être humain.

- Mon nom est Unelma Magnus, mais Unia est suffisant. Pourrais-je... abuser de votre patience et vous demander des renseignements à propos de notre famille ? Il se trouve que j'ai huit-cent ans de retard sur ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 245
Date d'inscription : 15/08/2013
Age : 21
Localisation : somewhere near you

Fiche du Mage
Puissance Magique: 2863
Magie: Black Matter et Disaster
avatar
Black Claw
Black Claw
MessageSujet: Re: Les Magnus domineront le monde [Near/Unia] Dim 20 Sep - 18:31

Les choses devinrent en un instant bien plus compliqués. Sans trop savoir pourquoi, Near avait accepté de suivre les deux gamins dans une clairière un peu plus loin du manoir car ils avaient d'après eux, quelque chose d'extrêmement important à lui montrer. La louve aussi lassée que curieuse décida de les suivre, après tout on ne sait jamais, ça pouvait par miracle avoir de l'intérêt. Et finalement on pouvait dire sans trop exagérer qu'en effet il y avait un peu d'intérêt. Ce n'était effectivement pas tout les jours qu'une ancêtre vieil de huit-cent ans (mais cependant remarquablement bien conservée) venait rendre visite à sa famille. Même pour une femme qui ne donnait de l'importance qu'à ce qui concernait son idole chérie, c'était plutôt déconcertant. Ainsi il est compréhensible que pendant les premières secondes qui suivirent le discours de la dénommée Unia, Near ne savait pas vraiment quoi répondre. Une fois la surprise passée, la noire choisit de se présenter tout naturellement pour commencer, histoire  de gagner du temps pour réfléchir à quoi faire de cette situation.

« Mon nom est Near, mais en effet quand je vivais encore ici je m'appelais Ushio Magnus »

Marquant un dégoût relativement visible pour son ancien nom, la noire se demanda ensuite si cela valait le coup de continuer cette conversation : les affaires de sa famille ne l'intéressait plus vraiment. Mais soudain une idée germa dans la tête de la mage de Fiore, elle savait que ses cousins ainsi que son oncle étaient tous des minables, ils n'allaient probablement pas plaire à cette fameuse ancêtre de huit-cent ans. Or pour des nobles qui accordent une importance fondamentale à la hiérarchie et à la lignée, qu'est ce qu'il y avait de pire que d'être renié par une glorieuse ancêtre revenue pour les juger. Un sourire malsain se dessina sur les lèvres de l'ancienne Magnus, elle avait enfin un plan en tête pour les briser mentalement avant de les briser physiquement. Elle devait donc continuer de parler à son ancêtre en orientant la conversation dans le sens qui l'intéressait.

« En effet, tu..vous devinez bien je ne me considère plus vraiment comme membre de cette famille et pour ce qui est de mes cousins et de leur père... »


Near marqua une pause et sembla réfléchir, elle cherchait les bons mots pour s'assurer de faire paraître le clan Magnus actuel sous son jour le moins glorieux possible. Elle finit par trouver et déclara sous un ton cependant trop notre pour qu'on la croie réellement concernée par l'histoire.

« Eh bien, j'étais la fille unique de l'héritier principal, un homme qui...s'est laissé quelque peu aveuglé par son ambition et a tenté de m'utiliser comme outil pour récupérer une place auprès du Roi. Quand il est finalement mort je me suis échappée et la direction de la famille est revenue à mon oncle. Je suis partie plusieurs années, mais dans mes souvenirs c'était un homme peu fiable, obsédé par la réputation mais trop incompétent pour satisfaire ses ambitions. Ses fils quand à eux, je ne sais pas grand chose en dehors du fait qu'ils étaient plus mauvais que moi à l’escrime et qu'ils adoraient faire les beaux en public. »


Son petit discours terminé la noire sourit à nouveau à son ancêtre pour lui déclarer sur un ton trahissant une humeur diaboliquement joyeuse.

« Si vous voulez les juger vous même, je serrai ravie de vous y aider, mais je vous prévient : d'après moi s'il y a le moindre honneur (ou quelque chose du genre) à sauver sur le nom qui vous tient à cœur, ce n'est pas ces minables qui pourrons vous y aider. »

___________________________________________________________________


Dernière édition par Near le Mar 30 Aoû - 9:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les Magnus domineront le monde [Near/Unia] Mar 23 Aoû - 1:30

Near. Visiblement, celle qui était autrefois appelée Ushio n'avait de Magnus plus que le nom. Un nom qui, autrefois si respecté et craint, était à présent tombé dans l'ombre de sa gloire passée. Ce serait une faveur que de mettre un terme à cette lignée si insignifiante désormais, et il était, d'après ses propres dires, évident que Near partageait en grande partie, voire en totalité, ce point de vue. Cependant, contrairement à cette femme énigmatique toute de noir vêtue, Unia n'avait pas eu l'audace de rejeter ce nom qui l'identifiait à cette famille déshonorée. Peut-être était-ce dû au souvenir de son frère, une personne de bon fond, qui représentait tout ce qu'il y avait de meilleur dans le monde réel. Mais le monde réel n'était plus celui de la demoiselle aux cheveux parme, désormais. Alors qu'est-ce que la disparition de deux ou trois personnes rappelant le mauvais côté de sa famille pouvait bien lui faire ? Sa vie à elle continuerait, et peut-être même que celle de Near n'en serait que meilleure. Etant donné qu'il s'agissait de sa nièce, si on pouvait dire ainsi, elle lui devait au moins cela.

- Pour être honnête, dit Unia dans un ton sec qui ne lui était pas habituel, je n'ai aucunement l'intention de rendre aux Magnus leur gloire passée. Ce qui s'est passé de mon temps n'était peut-être pas la faute directe de mes frères et sœurs, mais lorsqu'une seule famille devient toute-puissante, cela n'attire que des ennuis. Montrez-moi donc ces cousins dont vous sembler abhorrer l'existence, afin que j'émette mon propre jugement à leur sujet.

Sa voix usuellement calme et chaleureuse avait pris un côté plus froid et autoritaire. Non pas qu'Unia souhaitait commander Near selon ses envies, mais elles abordaient un sujet des plus fâcheux, après tout. Quelque chose qu'elle avait mis de côté pendant les huit cents dernières années, et voilà que tout lui était revenu en pleine figure sans crier gare... Cela étant, il en fallait bien plus pour lui faire perdre son flegme, et surtout, comme elle n'avait rien contre Near, elle lui adressa un petit sourire amical.

- De toutes manières, ajouta la princesse en penchant légèrement la tête sur le côté, les mains posées l'une sur l'autre contre les pans de sa robe noire et violette, il me semble évident que vous êtes une personne plus digne d'être ma nièce que ne le sont vos cousins, si vous êtes capable de les humilier par votre épée.

Non pas qu'elle jugeait la valeur d'une personne selon sa force physique, loin de là. Sinon, elle ne se serait pas entourée de la grande majorité de ses spirituels serviteurs, dont les talents de bretteur n'étaient pas leur point fort. Peut-être que sur le long terme, celle qui se nommait autrefois Ushio serait de bonne compagnie dans le petit monde onirique d'Unia ? Elle secoua vivement sa tête après que cette pensée lui ait traversé l'esprit. Non, ce n'était pas une bonne idée que de priver sa propre descendance d'une vie normale. D'une vie tout court, d'ailleurs. Et puis, à force d'observer la sombre demoiselle, l'altesse trouvait qu'elle dégageait une aura particulière. Non pas mauvaise, car elle n'était pas le genre de personne à juger si quelqu'un est foncièrement mauvais ou non, mais disons que Near ne semblait pas être une personne adaptée pour vivre dans le jardin irréel de son ancêtre. Pour quelle raison, cependant, c'était difficile à dire. Unia ne pouvait alors que se demander ce que sa nouvelle comparse d'un jour avait vécu, ici sur Ishgal. La vie était sans doute plus difficile qu'elle ne l'était dans l'univers des rêves, mais n'était-ce justement pas là le principe d'un rêve ? Celui de faire oublier une existence dans le monde éveillé, ne serait-ce que pendant quelques secondes.

Et c'était également là l'un des défauts d'Unia. Elle n'avait que faire des problèmes des gens, tant qu'elle pouvait continuer de vivre paisiblement aux côtés de ses compagnons. A quelques exceptions près cela dit, et Near commençait à devenir l'une d'entre elles. Elle était sa famille, son sang, après tout. Mais restait encore à savoir ce qu'elle allait faire de ces personnes que sa nièce dénigrait avec tant d'ardeur. Car après tout, il était fort possible de se passer d'une ou deux personnes portant le même nom qu'elle. Cela, elle ne l'avait jamais oublié depuis ces huit derniers siècles.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 245
Date d'inscription : 15/08/2013
Age : 21
Localisation : somewhere near you

Fiche du Mage
Puissance Magique: 2863
Magie: Black Matter et Disaster
avatar
Black Claw
Black Claw
MessageSujet: Re: Les Magnus domineront le monde [Near/Unia] Mer 31 Aoû - 15:09

Héhé, la noire était excitée comme une démone parvenue à passer un pacte pour obtenir l'âme d'une princesse. Celle qui voulait se faire appeler Unia était complètement allée dans la direction que cherchait la mage noire. Non seulement elle allait rencontrer et juger ses cousins, mais rn plus elle avait déjà des appréhensions sur leur légitimité en tant qu'héritiers des Magnus. C'était idéal pour garantir l'humiliation à venir et rendait déjà Near toute excitée. Le plan avait peut-être même marché un peu trop bien puisque l'ancêtre de la famille semblait même avoir un jugement plutôt positif sur Near. Or se faire juger digne héritière d'une famille noble était un peu gênant pour une mage noire qui s'était activement appliquée à ne pas le devenir. Mais bon, elle allait simplement considérer qu'elle jouait trop bien la comédie et passer à autre chose pour ce sujet en particulier. Il était après tout plus que probable qu'une fois plus au courant des activités de la mage de Silver Fang, Unia change un peu d'avis à ce sujet. Et puis au final c'était surtout une marque d'affection donc autant ne pas le prendre mal. La noire répondit alors d'un ton enjoué.

« Très bien, j'ai hâte de leur rendre une petite visite alors. »

Near était déjà prête à partir à la rencontre de ces deux être inférieurs partageant vaguement le même sang qu'elle et n'attendait que le feu vert de sa tante d'il y a quelques générations quand un problème qu'elle avait mit de côté refit surface dans sa tête. Car il fallait encore savoir comment entrer dans le manoir, elle doutait même que les gardes se montrent coopératifs étant donné l'amour des nobles pour les rendez vous fixés des mois à l'avance. En bref, se pointer simplement et s'annoncer comme Magnus avait très peu de chance de passer. Aussi la noire se tourna vers son ancêtre pour lui demander simplement avec un calme né de l'habitude d'enfeindre la loi un bon nombre de fois par jours.

« Hum, du coup on passe par le jardin ou on tente par la grande porte ? Dans tous les cas les gardes ne me posent aucun soucis, mais vous avez peut-être de quoi prouver votre identité ? Parce que moi non... »

C'était de simples observations, elle ne ressentait pas de tristesse ou de vide à l'idée de ne plus avoir de lien avec son ancienne identité, bien au contraire. Mais c'était effectivement embêtant. Enfin son oncle et ses cousins pouvaient encore la reconnaître, à part un peu de volume à certains endroits elle n'avait pas beaucoup changé physiquement depuis sa fugue, mais cela ne constituait pas vraiment une preuve suffisante pour les forcer à l'écouter. Bien sûr si elle était venue seule elle aurait directement usé de la force et il n'y aurait pas eu le moindre problème (pour elle). Mais ici elle était accompagnée par une personne potentiellement plus sensible à ce genre de méthode et préférait rester dans ses bonnes grâces pour l'instant si possible. Donc autant la laisser choisir, de toute manière tant qu'elle n'avait pas à faire des courbettes et à obéir à son oncle, Near ne comptait pas trop faire la difficile.

___________________________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les Magnus domineront le monde [Near/Unia]

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Magnus domineront le monde [Near/Unia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Magnus domineront le monde [Near/Unia]
» Un jour, les sucreries domineront le monde et je serai leur plus fidèle serviteur [en cours]
» les betteraves domineront le monde ! (libre)
» un jour, les vieux domineront le monde, mais pas demain, y a canicule.
» Nuage Ardent △ Les kiwis domineront le monde ; Validé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail No Sekai :: "It's like an eternal mystery, an eternal adventure." :: Autres pays-